Choisissez le travail qui vous rendra heureux(se). Essayez Chance gratuitement.

Devenir un(e) pro du networking professionnel : 10 conseils pour réussir

coverImage

Activer son réseau, c’est une manière de mettre sa vie professionnelle et ses projets de réorientation en mouvement, d’y convoquer de nouveaux convives et de prendre confiance. Dans un contexte où le marché caché de l’emploi (c’est-à-dire où les offres d’emploi ne sont pas publiées) est - hélas - de plus en plus gros, réseauter est une discipline essentielle pour se rapprocher de ses objectifs professionnels. Julienne Nadin, coach professionnelle chez Chance, nous a confié son expertise le temps d’un live passionnant.

À savoir

Le marché caché représenterait 80% des postes pourvus en France chaque année.

75% des embauches des cadres confirmés sont réalisées grâce au réseau

Selon qu’on soit junior ou sénior, employé, cadre ou dirigeant, cela change. Mais il faut savoir que 75% des embauches des cadres confirmés sont réalisées grâce au réseau (85% en période de crise). En n’utilisant pas son réseau, on s’ampute donc d’opportunités énormes d’autant que le marché “caché” de l’emploi est de plus en plus gros. Pour être dans le bouche à oreilles, il faut donc devenir acteur(rice) et aller à la rencontre de son réseau, qui est bien plus vaste qu’on ne le croit.

Activer son réseau, ça consiste en quoi ?

Activer son réseau, ça ne revient PAS à dire aux gens qu’on cherche un emploi ! Activer son réseau, c’est se rendre visible et lisible au sein d’une communauté professionnelle qui vous intéresse. Il faut donc préparer le terrain. Dans le parcours Chance, le réseau se trouve dans chacune des étapes du programme (depuis l’introspection jusqu’à l’obtention du poste), c’est dire s’il est important. Et à chaque étape, le réseau prend une forme nouvelle : on part de l’entourage qui soutient, et on aboutit aux experts professionnels. Chaque étape de la définition du projet a ses bons protagonistes.

Pour parvenir à activer votre réseau, sortez de vos inhibitions

En quelques mots : changez de posture mentale en vous plaçant sur un pied d’égalité (tout en évitant les familiarités : le contexte reste et doit rester professionnel) avec la personne que vous souhaitez contacter. Votre parcours est passionnant, vos questionnements sont structurés et légitimes, et il n’y a rien de plus mûr et en apparence “senior” que d’admettre qu’on ne sait pas quelque chose, qu’on a besoin d’éclairage : la posture de Monsieur ou Madame Je-sais-tout est au contraire très immature ! Vous n’êtes pas en posture de quémandeur mais vous proposez un échange riche à votre contact. N’ayez jamais peur de déranger : le pire du pire que vous puissiez avoir, c’est soit une absence de réponse, soit un non. Ayez confiance en vous.

Comment “bien” activer son réseau en 10 règles simples à retenir ?

Un rappel : ces règles sont simples à retenir, certes, mais elles sont toutes à retenir. Ce sont des règles essentielles à appliquer systématiquement, non seulement pour avoir confiance en vous, mais aussi pour avoir une excellente image auprès de votre réseau.

1. Au sein du réseau professionnel, une valeur phare : la confiance

Un mot d’ordre : la confiance. Il s’agit de respecter ses engagements : si on propose quelque chose, on doit être fiable dans ce sens et on doit tenir ses engagements. Réseauter, ce n’est pas rencontrer les gens “par intérêt”. Il y a des valeurs au sein du réseau : la solidarité, le sens de l’écoute (elle se fait dans les deux sens, il y a un échange), l’intérêt porté aux autres et l’empathie. Réseauter, c’est aussi avoir reçu la confiance d’une personne qui vous a connecté(e) avec une autre personne : vous êtes ambassadeur(rice), arrivez donc avec la force de cette confiance qu’on vous a accordée !

2. Un projet professionnel clairement défini

Arrivez avec un projet professionnel clair. Si vous n’avez pas défini ce que vous voulez faire, et que vous n’avez pas au moins une direction pour votre projet, le réseau sera incapable de vous aider : le solliciter sera un coup d’épée dans l’eau. Continuez à bien élaborer les premiers contours de votre projet pour contacter les cercles professionnels qui peuvent vous aider. Attendez un peu !

Une règle importante : lors de vos rendez-vous réseau, demandez des conseils, des contacts, des informations - pas un travail ! Si on ne peut pas répondre favorablement à une demande, c’est terriblement frustrant et ça peut même culpabiliser. Soyez léger(ère) pour votre interlocuteur(rice) et il ou elle vous ouvrira d’autant plus naturellement les portes.

Pour résumer :

  • Votre projet doit être réaliste : en accord avec votre personnalité, vos compétences, votre parcours, votre âge, vos contraintes et vos envies.
  • Votre projet doit être réalisable : il faut qu'il tienne compte de la réalité du marché.
  • Votre projet doit être unique : si vous avez différentes pistes en tête, choisissez-en une seule à évoquer avec un contact donné.
  • Votre positionnement doit être clair : convaincre, rassurer et donner envie.

3. Identifiez vos cibles privilégiées

Sachez identifier les personnes que vous sollicitez : pour quel objectif ? Quel contour de votre projet pourraient-ils clarifier ? Est-ce des experts métiers, des professionnels, des gens du secteur que vous visez (et pas nécessairement qui font le métier visé) ? Définissez tout cela avant de solliciter un rendez-vous. Faites une liste de ces personnes : sollicitez vos contacts directs aptes à vous connecter avec de nouvelles personnes (vous connaissez la fameuse règle des 6 poignées de main d’écart : elle est vraie !), et cherchez aussi sur LinkedIn, qui est particulièrement utile pour chercher les contacts pertinents par métier et secteur. Enfin, ciblez les opérationnels et décideurs plutôt que les DRH.

Que vous soyez mis(e) en lien par un connecteur ou que vous fassiez la démarche de vous-même, soyez simple et professionnel(le) dans votre sollicitation. Élaborez un message court, sympathique sans familiarité, avec vos coordonnées et une demande claire sur l’objectif (dans l’exemple ci-dessous, tout bêtement, “me donner quelques conseils” clarifie la demande) :

Bonjour x, Votre parcours de (métier) dans le secteur de (secteur) m’interpelle, notamment parce que après (x) années en tant que (votre travail actuel), je souhaite (monter un projet de x / entamer une reconversion en tant que y). Auriez-vous une trentaine de minutes à me consacrer lors d’un rendez-vous ou d’une visio-conférence, pour me donner quelques conseils dans ce sens ? Je vous remercie par avance et vous transmets mes coordonnées : 06XXXXX / prenom@mail.fr. Excellente journée à vous.

Osez contacter !

Les gens aiment parler d’eux-mêmes ! Les portes sont très rarement fermées, le tout est de bien formuler sa demande.

4. Élargissez votre périmètre de networking

Mais avant d’élargir, regardez ce que vous avez déjà comme ressources. Une fois de plus, à chaque étape, le réseau change et évolue ! N’oubliez pas les soutiens, les alliés. Certaines personnes, dans l’entourage, ont une capacité de soutien, de réconfort et de conseil. Repérez et chouchoutez les personnes de votre entourage qui sont des ouvreurs de portes. Les modèles à suivre peuvent l'être soit par leur capacité à entreprendre des actions, soit parce que leur parcours vous semble remarquable.

Maintenant, soyez méthodique :

  • Identifiez 3 personnes qui vont vous soutenir moralement dans l’ensemble de votre parcours
  • Identifiez 3 personnes qui vont vous challenger
  • Identifiez 3 personnes qui sont des ouvreurs de portes
  • Identifiez 3 personnes qui sont à vos yeux des modèles à suivre

Bien sûr, une personne peut faire partie de plusieurs catégories. Mais on regardant son “équipe” (c’est le terme qu’on utilise dans le parcours Chance) sous cet angle, on s’aperçoit de la richesse de son propre entourage.

5. Faites-vous recommander

Si l’on n’a pas été recommandé(e), quel est le pourcentage de chance d’être reçu en entretien de réseautage ? 10%, seulement ! En revanche, si vous êtes recommandé(e), ce pourcentage est de 90% !!

Demander un contact fait partie des règles du jeu. Le tout est d’être clair et léger (surtout pas de pression) dans sa demande, et d’être en capacité de rendre la pareille sur un autre plan. Attention, ce n’est pas une négociation (“si je te donne ça, tu me donnes ça”) mais un partage heureux et fécond ! De manière systématique, demandez si vous pouvez venir de la part de votre interlocuteur, ou (encore mieux) si ce dernier peut vous mettre en lien par mail.

Une façon pragmatique et efficace est d’être aussi dans la suggestion avec votre contact connecteur :

“Comment souhaitez-vous procéder ? Voulez-vous le/la prévenir avant que je ne l’appelle ou préférez-vous que je le/la contacte directement de votre part ?”

Dès que vous avez le contact, entrez en contact avec cette personne. Soyez réactif(ve) et dynamique, cela vous rendra également très fiable aux yeux de la personne qui vous aura connectée.

6. Ne demandez que ce que l'on peut vous donner !

N’allez pas en entretien réseau avec votre CV ! Ça fait guet-apens : vous êtes là pour obtenir des conseils, informations, contacts.

7. Maîtrisez la communication

Un conseil essentiel

Obtenez soit un entretien présentiel, soit une visio. Vous resterez bien plus en mémoire si votre interlocuteur(rice) vous a vu(e) que si ce n’est pas le cas.

  • Pour l’heure du rendez-vous, privilégiez les débuts de matinée, fin de matinée, fin d’après-midi : les moments sans surcharge. Évitez les lundis matins.
  • 30 à 45 minutes sont largement suffisantes, n’excédez pas ce temps.
  • Rappelez toujours le nom de votre connecteur.
  • Quand vous recevez une réponse, répondez vite, de manière efficace et pragmatique : l’objectif est d’obtenir un créneau dans l’agenda de votre contact, ne le faites pas mariner.

8. Devenez expert(e) de l'entretien de réseau

C’est vous qui menez l’entretien : validez le timing prévu, assurez-vous d’avoir bien tant de temps devant vous. Si votre contact doit finalement écouter le rendez-vous, abordez-le avec détente. Mieux vaut un entretien court mais efficace qui peut se muter en 2ème entretien, qu’un entretien poussif qui va contraindre votre contact. Présentez-vous de nouveau rapidement : quels sont votre contexte, votre démarche, l’objectif de ce rendez-vous.

Laissez votre interlocuteur(rice) parler : 80% du temps de parole. Vous n’êtes pas là pour vous vendre mais pour obtenir des informations, être dans l’écoute active, ayez un carnet sous la main. Soyez prêt(e) à ce que l’entretien bascule : aussi bien, cette personne a une opportunité pour vous, et le rendez-vous peut devenir un entretien de travail.

On ne le martèlera jamais assez, vous devez convaincre, écouter, rassurer, séduire : cette 1ère impression est nécessaire pour rester dans l’esprit de votre contact si un poste idéal pour vous se libérait. Cette impression ne passe pas par un monopole de la parole mais bel et bien par une qualité de posture et d’écoute remarquable.

9. Maintenez le contact

Faites un mail rapidement pour remercier, Si vous avez un élément de connivence (un article, un livre, un autre contact) qui vient compléter une partie de votre conversation, évidemment, envoyez-le. Se montrer attentif et attentionné scelle le principe d’une relation qui s’est nouée : votre contact se souviendra d’autant mieux de vous.

Informez toujours vos connecteurs de vos rendez-vous : c’est la base de la courtoisie et ce qui fera de vous une personne fiable (voir point 1 de cette liste de conseils !).

10. Organisation et consistance

Fidéliser et développer votre réseau est un travail à plein temps : quels sont les grands enseignements de vos rendez-vous ? Quelles actions vous a-t-on suggérées ? Que vous a apporté cette rencontre, et celle-ci ?

Essayer d’être constant(e) : voir une moyenne de 3 professionnels pour un métier visé, et tenter de les concentrer pour rester dans une bonne énergie. Idéalement, faire entre 3 et 5 entretiens réseaux est recommandé chaque semaine quand on est en recherche d’emploi ou en reconversion.

Quelques chiffres clés à retenir

  • 75% des embauches des cadres confirmés sont réalisées grâce au réseau (85% en période de crise).
  • Le marché caché représenterait 80% des postes pourvus en France chaque année.
  • Les offres d’emploi représentent 8% des embauches.
  • Les chasseurs de têtes, quant à eux, n’interviennent qu’à hauteur de 12% des embauches.
  • Ne pas utiliser votre réseau pour rechercher un emploi revient à amputer ses chances de succès des ¾.
Une révolution méthodique
Chance est le parcours de coaching digital pour choisir le travail qui vous rendra heureux(se). En 3 mois. 100% en ligne.
Pour amorcer votre changement, démarrez notre essai gratuit. Au programme : un point complet sur votre situation actuelle, une séance de vidéo-coaching et un horizon plus clair dès les 1ères activités.

Plus d’articles

Comment gérer son hypersensibilité au travail ?

Se protéger de la peur du jugement dans une reconversion

Reconversion professionnelle : savoir prendre des risques