Découvrez l’histoire de Frédéric.

house
office
man
office
man

« J’avais le sentiment d’être emprisonné dans un monde qui ne me convenait plus du tout, sans savoir ce que je souhaitais faire à la place pour en sortir. »

Frédéric,

De responsable marketing produits de grande consommation à associé dans une start-up dans la santé.

J’ai un parcours assez classique. Plutôt bon élève au lycée, je pars faire une prépa commercial puis une école de commerce. Mon rêve de gosse était de monter ma boîte, mais à la sortie de l’école je n’avais pas les moyens financiers et je me sentais un peu trop jeune pour me lancer. Je suis donc parti faire du marketing dans une boîte de grande consommation. Ça a été une super expérience, mais au bout de cinq ans, j’avais l’impression d’en avoir fait le tour, de ne plus voir l’impact de mon travail et de passer plus de temps à obtenir l’approbation de mes boss qu’à être dans l’action. J’en étais à un point où je n’avais même plus de raisons de me lever le matin, j’avais du ciment dans les chaussures. J’avais le sentiment d’être emprisonné dans un monde qui ne me convenait plus du tout, sans savoir quoi faire pour en sortir.

J’ai eu ce déclic au moment où ma marque s’est fait racheter par un autre groupe. La décision paraissait compliquée, mais au fond de moi c’était évident. Alors je me suis dit : « Je prends mes cliques et mes claques et je me casse. »

Je m’étais fixé environ trois mois pour réfléchir, rencontrer des gens, lire des livres, aller à des expos… Je voulais ouvrir le plus possible mon esprit. J’avais énormément de questions et quelques éléments de réponse, mais tout était une espèce de magma peu ordonné qui m’empêchait de prendre une décision.

« J’avais énormément de questions et quelques éléments de réponse, mais tout était une espèce de magma peu ordonné qui m’empêchait de prendre une décision. »

C’est là qu’il a été important pour moi de me faire accompagner afin de suivre une méthodologie avec des professionnels pouvant m’aider à y voir plus clair et à me motiver.

Pendant mon accompagnement avec Chance, j’ai pu imaginer d’autres possibilités de carrière en découvrant de nouvelles parties de ma personnalité. J’ai aussi pris conscience que j’avais besoin de donner du sens à ce que je faisais. Évidemment tout le monde veut donner du sens à son boulot, mais avec cet accompagnement, j’ai pu aller plus loin dans la définition de ce sens pour moi. J’ai compris que l’objet de mon travail devait avoir un impact très clair sur la société, mon client ou l’environnement. J’ai beaucoup aimé les questions directes sur mes impératifs : « Combien tu veux gagner, où veux-tu en être dans trois ans ? », etc. Certes je réfléchissais à mon boulot d'aujourd'hui mais pas vers quoi il pourrait m’emmener dans trois ans.

« Évidemment tout le monde veut donner du sens à son boulot, mais avec cet accompagnement, j’ai pu aller plus loin dans la définition de ce sens pour moi. »

En fait, il faut s’écouter. Pas d’une manière égoïste, mais plutôt accepter la situation actuelle, entendre cette envie de changement, et ne pas l’ignorer. Aucun salaire ne vaut de se bousiller la vie. La plupart du temps, les gens se disent : « À quoi bon partir vu que je ne sais pas ce que je veux faire. » Mais on a forcément une intuition ! Lorsque j’ai compris que je voulais un métier à impact, je me suis obligé à ouvrir mon horizon pour voir ce qui pouvait me plaire.

Aujourd’hui, je travaille dans la startup Feedback avec trois associés qui ont développé une technologie pour lutter contre le mal de dos du personnel de santé des maisons de retraites. Travailler dans le domaine de l’innovation et surtout dans un secteur qui a un impact positif pour la société me plaît beaucoup.

J’évolue avec une énergie qui n’a jamais été aussi positive. J’ai le sentiment d’utiliser l’ensemble de mes compétences - ce qui est extrêmement valorisant - tout en travaillant pour un projet qui a vraiment du sens pour moi, où j’ai l’impression d’avoir une réelle utilité et d’être dans un environnement qui me convient parfaitement. J’ai le sentiment de donner le meilleur de moi-même et tous les soirs je me couche en me disant : « J’ai une vie géniale. »

« J’avais énormément de questions et quelques éléments de réponse, mais tout était une espèce de magma peu ordonné qui m’empêchait de prendre une décision. »

question

« Évidemment tout le monde veut donner du sens à son boulot, mais avec cet accompagnement, j’ai pu aller plus loin dans la définition de ce sens pour moi. »

En fait, il faut s’écouter. Pas d’une manière égoïste, mais plutôt accepter la situation actuelle, entendre cette envie de changement, et ne pas l’ignorer. Aucun salaire ne vaut de se bousiller la vie. La plupart du temps, les gens se disent : « À quoi bon partir vu que je ne sais pas ce que je veux faire. » Mais on a forcément une intuition ! Lorsque j’ai compris que je voulais un métier à impact, je me suis obligé à ouvrir mon horizon pour voir ce qui pouvait me plaire.

Aujourd’hui, je travaille dans la startup Feedback avec trois associés qui ont développé une technologie pour lutter contre le mal de dos du personnel de santé des maisons de retraites. Travailler dans le domaine de l’innovation et surtout dans un secteur qui a un impact positif pour la société me plaît beaucoup.

J’évolue avec une énergie qui n’a jamais été aussi positive. J’ai le sentiment d’utiliser l’ensemble de mes compétences - ce qui est extrêmement valorisant - tout en travaillant pour un projet qui a vraiment du sens pour moi, où j’ai l’impression d’avoir une réelle utilité et d’être dans un environnement qui me convient parfaitement. J’ai le sentiment de donner le meilleur de moi-même et tous les soirs je me couche en me disant : « J’ai une vie géniale. »

house
office

« Aujourd’hui, j’évolue avec une énergie qui n’a jamais été aussi positive. Tous les soirs je me couche en me disant : “J’ai une vie géniale.“ »

Choisissez enfin
le travail qui vous mérite.

Démarrez l’aventure
Chance dès maintenant !

Je profite sans engagement de la 1ère étape du parcours Chance + 1 séance de coaching.

J’essaie Chance

Est-ce le bon moment pour
changer de vie professionnelle ?