Choisissez le travail qui vous rendra heureux(se). Essayez Chance gratuitement.

Se débarrasser des injonctions à être parfait(e)

coverImage

Chez Chance nous invitons régulièrement nos coachs à prendre la parole pour aborder un grand thème du coaching professionnel et de la psychologie humaine. Pour Kendaore Sonzogni, coach professionnelle chez Chance, les 5 drivers représentait un incontournable. Les "drivers", ce sont ces phrases qui nous en demandent toujours plus et, à force, rendent nos vies pénibles tant elles élèvent le niveau d’exigence. Que sont ces “drivers”, et comment les regarder en face pour vivre en meilleure harmonie avec soi-même ?

Quels sont ces 5 drivers ou injonctions qui nous cassent les pieds ?

“Ce qu’on appelle les 5 drivers sont des messages contraignants que nous avons pu recevoir durant notre enfance, des injonctions auxquelles il faut répondre pour être aimé(e) et reconnu(e).”

  • Sois fort(e) : “Prends sur toi”, “Il faut être courageux(se)”, “Un grand garçon ne pleure pas”, “Ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts”
  • Fais plaisir : “Sois gentil(le)”, “Fais plaisir à…”, “Tu me fais de la peine”, “Ne sois pas égoïste”
  • Sois parfait(e) : “Tu peux mieux faire”, “Échouer n’est pas une option”, “C’est pas mal, mais j’attendais mieux de toi”
  • Fais des efforts : “Quand on veut, on peut”, “Ce n’est jamais assez”, “Ce n’est pas le résultat qui compte”, “Donne-toi du mal”
  • Dépêche-toi : “Allez, va plus vite”, “Que tu es lent(e)”, “Avec toi, faut pas être pressé”
Cover - Les drivers _ ces petites injonctions qui nous conditionnent (et nous cassent les pieds)

Mise en jambe : identifiez vos drivers en situation

Kendaore propose un jeu pour (commencer à) identifier quels sont nos drivers dominants.

“On active souvent 2 voire 3 drivers en même temps. La combinaison la plus répandue est 'sois parfait(e)' ET 'fais plaisir'.”

Vous voulez essayer ? Imaginez. Vous avez une réunion d’équipe planifiée… mais elle commence en retard. Votre réaction :

  • A. Vous servez le café pour passer le temps 😊
  • B. Vous vous offusquez 🤭
  • C. Vous êtes vous-même en retard 😬
  • D. Vous vous repliez dans un coin sans rien dire en espérant qu’on ne vous sollicite pas 😶
  • E. Vous râlez et critiquez 😤

Les correspondances : A. “fais plaisir”, B. “sois parfait(e)”, C. “dépêche-toi”, D. “sois fort(e)”, E. “fais des efforts”

Comment se débarrasser de ses drivers ?

Surprise, Kendaore révèle que les drivers ne sont pas des bêtes méchantes et assoiffées de notre bonne énergie.

“Il ne faut pas perdre de vue qu’au départ, un driver est quelque chose de positif ! ll est là pour nous protéger et il nous apporte des qualités singulières.”

En réalité, les drivers poussent à l’action. Le problème, c’est qu’on les associe toujours (ou du moins trop souvent) à une pression :

“C’est lorsqu’on rajoute les mots SINON qu’il se retourne contre nous et peut nous causer du stress. Comme : dépêche-toi, sinon…”

Le travail consiste ainsi à séparer le driver de son pouvoir pressurisant. Un peu comme on sépare le jaune du blanc dans un œuf. Et une fois séparé de son double maléfique, on a un driver doux comme un agneau.

On l’a compris, non seulement il ne faut pas les supprimer (car ils ont du positif) mais en plus Kendaore nous explique qu’on ne peut de toute façon pas les éradiquer.

“Apprivoisez vos drivers !”

Ça se corse. Comment apprivoise-t-on quelque chose qui relève d’une seconde nature, sans savoir comment séparer le bon driver de sa facette la plus désagréable ?

“Pour cela, il faut commencer par en prendre conscience et de les accepter… et donc s’accepter soi-même !”

Kendaore suggère une technique d’objectivation simple : prenez un carnet et notez toutes les situations dans lesquelles vous sentez l’un de vos drivers se déclencher.

Exemple : Vous avez pris sur vous la responsabilité de créer une présentation avec 100 slides que vous tenez absolument à vérifier point par point pour ne rien omettre. En réalité, cela représente une grosse charge de travail dont vous vous seriez bien passé(e). Notez-le. Cela vous permettra d’identifier plus facilement ce comportement la prochaine fois qu’il reviendra.

Si vous avez tout suivi, vous devriez avoir reconnu dans cet exemple les drivers “Sois parfait(e)” et “Fais des efforts”.

Surtout, pour sortir des injonctions systématiques, il faut se donner des autorisations

Cela tombe bien que Kendaore en parle, parce que nous avons publié un atelier d’autocoaching précisément sur ce sujet : Donnez-vous la permission d’oser.

Il peut s’agir de permission de savoir, de penser, de réussir, de prendre du plaisir, de ressentir des émotions.

Dans le cas présenté en exemple, ça peut-être l’autorisation d’avoir confiance en votre équipe pour pouvoir leur déléguer une partie de la charge que vous vous êtes imposé(e).

Et pour que tout ça fonctionne, il faut, par-dessus tout, se laisser le temps du changement.

Comment changer l’image de “perfectionniste à qui on peut tout déléguer” que mon équipe a de moi ?

Apprivoiser ses drivers ne se fait pas du jour au lendemain. En effet, il ne s’agit pas de provoquer un changement abrupte : cela n’est pas productif pour soi (on n’apprend pas à faire le grand écart en 1 jour, mais en faisant des étirements chaque jour, pour prendre une image corporelle) et cela peut susciter des malentendus néfastes en équipe. Il s’agit plutôt d’insérer peu à peu de petites modifications de comportement pour s’y habituer soi (et voir que tout va toujours bien) et habituer les autres (qui n’auront pas l’impression de se trouver face à une nouvelle personne).

“Cela se fait petit pas par petit pas. Quelle limite vas-tu communiquer demain ? Et dans une semaine ? Puis dans un mois ? D’abord à toi et ensuite aux autres.”

Comment réussir à travailler avec des gens qui n’ont pas les mêmes drivers que nous ?

Comme souvent en coaching, Kendaore nous invite à commencer le travail par soi : "Il s'agit de d’abord bien connaître ses drivers à soi pour éviter les rapports de force. Quand on est face aux drivers de quelqu’un, les nôtres s’activent aussi. Ensuite, on peut tout simplement s’intéresser aux drivers présents dans son équipe et communiquer dessus pour une prise de conscience générale. Cela peut aider à désamorcer des situations de tension."

Elle reprend alors l’exemple cité plus tôt et se met dans la peau d’un collègue qui pourrait dire à cette personne : “Je fais l’hypothèse que tu veux tout prendre sur toi mais tu sais, on peut partager la charge.”

Est-ce que les personnes qui activent les mêmes drivers sont forcément en phase ?

Pas forcément ! Il est aussi difficile de répondre de façon uniforme qu’il est impossible de mettre les gens dans des cases. Par exemple, les “fais plaisir” peuvent bien s’entendre parce qu’ils vont souvent faire attention à l’autre mais les “sois fort” peuvent avoir du mal à supporter un fort stress dans les mêmes situations, ce qui peut provoquer des étincelles. Cela dépend de chaque situation et de chaque personnes qui ont, pour rappel, plusieurs drivers.

Que l’on soit en présence de personnes aux drivers similaires ou divergents, bien se connaître et avoir conscience de ses drivers permet de vivre en bonne intelligence émotionnelle et relationnelle.

Bonus Chance pour connaître les drivers et en venir à bout (ou pas)

Sois fort(e)

Les plus

Résistante, cette personne garde son calme même en temps de crise ou situation conflictuelle. Elle essaie d’être le/la plus objectif(ive) possible dans ses choix. On peut parler de “force tranquille” et de droiture. Le “sois fort(e)” peut aller loin, est endurant(e) et sait serrer les dents.

Les moins

Personne qui a du mal a tendance à dissimuler et à avoir du mal à écouter ses émotions. Difficulté à accepter ses faiblesses et celles des autres.

La reconversion

Cette personne peut penser qu’elle s’en sortira mieux seule et qu’elle n’a besoin de personne pour l’accompagner.

Les antidotes de Kendaore

Demandez de l’aide, exprimez vos besoins. Soyez ouvert(e) aux autres ! Exprimez vos sentiments et émotions. Vous prenez le risque de montrer tel(le) que vous êtes avec vos joies, faiblesses et doutes. Vous êtes donc communicatif(ve) et faites preuve de tolérance vis-à-vis des autres. Vous connaissez vos limites et votre valeur. Vous acceptez vos erreurs et celles d’autrui.

Fais plaisir

Les plus

Personne altruiste par essence, conciliante, attentionnée et emphatique. Toujours prête à aider, elle prend soin des autres et a parfois la capacité d’anticiper leurs besoins. Elle encourage aussi les autres à s’exprimer.

Les moins

Personne qui veut tellement faire plaisir à tout le monde qu’elle peut s’oublier elle-même en faisant systématiquement passer les besoins et envies des autres avant les siens.

La reconversion

Cette personne peut avoir du mal à prendre ses propres decisions et être particulièrement influencée par son entourage. De même, elle peut avoir tendance à laisser de côté sa singularité lors d’entretiens d’embauche, par souci de vouloir trop coller aux attentes de son interlocuteur(rice).

Les antidotes de Kendaore

Pensez à vous ! Apprenez à mieux vous écouter et vous prendre en compte. Penser à soi, c’est avoir la capacité de connaître ses besoins et de se donner les moyens d’y répondre. Les autres n’en deviennent pas pour autant absents : s’il est important de connaître leur demande, il est important de vous reconnaître, et de donner une limite à votre volonté de les satisfaire.

Sois parfait(e)

Les plus

Excellente organisatrice, cette personne a tendance à être orientée “objectif et solution”, et est à l’aise avec les procédures et les méthodologies. Elle aura aussi souvent une morale élevée et sait faire preuve de sagesse.

Les moins

Personne qui peut avoir un grand besoin de contrôle et donc avoir du mal à lâcher prise et à déléguer. Peut aussi s’infliger une grande pression au quotidien car veut trop et trop bien faire, au-delà du possible ou du raisonnable.

La reconversion

Il y a de grandes chances pour que cette personne ait envie d’avoir accès à toutes les informations, maîtriser l’ensemble d’un sujet très (trop) vaste avec le risque de s’y noyer.

Les antidotes de Kendaore

Soyez réaliste. Prenez du recul, lâchez prise, acceptez vos limites. La réalité est une donnée essentielle dont il faut tenir compte pour mieux s’adapter. Connaître ses limites ; connaître les possibilités réelles dont nous disposons pour réaliser un travail dans un temps donné, accepter de rendre un travail qui ne contient pas l’ensemble des détails utopiques dont nous aurions aimé le truffer, c’est faire preuve de réalisme. Sous l’influence de ce message positif, il est possible d’être satisfait(e) des réalisations que l’on mène à bien. Les critiques et les remarques sont les bienvenues. Elles permettent de progresser.

Fais des efforts

Les plus

Personne scrupuleuse et endurante avec une forte capacité d’implication sur les projets qui lui tiennent à cœur. Aime se dépasser et n’a pas peur de se “retrousser les manches”. C’est la bonne volonté par excellence.

Les moins

Peut avoir du mal à profiter, à s’accorder du plaisir. Peut même parfois compliquer une tâche pour y mettre plus d’effort (car la difficulté est synonyme selon elle à de la valeur). Cette personne peut être rapidement critique des résultats obtenus de façon simple et dévaloriser le travail des autres.

La reconversion

Si elle est trop absorbée par la quantité d’énergie déployée pour obtenir un résultat, tout en occultant le plaisir à prendre sur le chemin, elle peut devenir pessimiste et se décourager.

Les antidotes de Kendaore

Réussissez à votre mesure. Soyez fier/fière de vos accomplissements Centrez-vous sur votre objectif et tenez compte des limites et de vos possibilités. Vous entretenez avec les autres des relations simples et directes. Vous êtes capable de rendre facile et clair ce qui paraît compliqué. Vous savez équilibrer effort et résultat.

Dépêche-toi

Les plus

Personne qui pense et agit vite : elle veut faire vite et bien. Souvent très performante dans les situations s’urgence, elle a une capacité particulière à se débarrasser du superflu pour aller droit au but. Souvent très autonome.

Les moins

Au-delà du risque de surmenage, cette personne a tendance à mener de front tellement de projets en simultanée qu’elle va finir par elle-même se mettre en retard, supporter beaucoup de stress et faire les choses souvent à la dernière minute (ou faire les choses à moitié).

La reconversion

Paradoxalement, ce driver peut pousser à la procrastination, et donc manquer de structure et d’organisation dans un processus aussi complexe et long qu’une reconversion. Elle peut aussi vouloir aller trop vite et sauter des étapes pour voir des résultats plus rapidement.

Les antidotes de Kendaore

Prenez votre temps ! En prenant ce temps, vous allez être capable d’agir et de mobiliser votre énergie en tenant compte de la nature de l’action et de vos limites personnelles. “Qui veut voyager loin ménage sa monture” traduit l’état d’esprit d’une personne qui possède cette permission.

Une révolution méthodique
Chance est le parcours de coaching digital pour choisir le travail qui vous rendra heureux(se). En 3 mois. 100% en ligne.
Pour amorcer votre changement, démarrez notre essai gratuit. Au programme : un point complet sur votre situation actuelle, une séance de vidéo-coaching et un horizon plus clair dès les 1ères activités.

Plus d’articles

Un travail, ce n'est pas qu'un métier.

Comment gérer son hypersensibilité au travail ?

Se protéger de la peur du jugement dans une reconversion