L’histoire d’Anne-Claire : “31 ans et tu coules ? 31 ans et tu n’aimes pas ton métier.”

C’est l’histoire d’Anne-Claire, 31 ans, qui a décidé de se réorienter professionnellement, après de nombreuses années en tant que juriste, un métier qui ne le lui convenait plus. Elle nous raconte comment elle a renoué avec ses envies et aspirations, pour enfin trouver la voie professionnelle qui lui ressemble : devenir commissaire-priseur.

Juriste, une voie professionnelle quasiment tracée…

J’ai fait des études de droit, je ne sais pas pourquoi je les ai faites. Je ne savais pas ce que je voulais faire de ma vie à 18 ans.

Après l’obtention du bac, Anne-Claire ne sait pas vers quel domaine s’orienter. Ses parents lui suggèrent de faire des études en droit. C’est en suivant leurs conseils qu’elle entame un cursus dans un domaine qui lui est complètement inconnu.

C’était simple, c’était la poursuite du lycée.”

Elle réalise deux masters en droit privé et en droit des assurances pour finalement se lancer dans la vie active en tant que juriste en droit des assurances.

Or, sa première expérience professionnelle est aussi sa première déception. Au bout de 3 ans, Anne-claire s’ennuie dans son job et cherche à (re)trouver du plaisir dans son métier. Les années passent, ses responsabilités deviennent de plus en plus importantes, ce qui l’amène à entièrement s’oublier :

J’avais tellement de travail que je n’avais aucun temps pour moi.”

Après de multiples tentatives, elle ne parvient toujours pas à s’épanouir et réalise que son métier de juriste ne lui plaît tout simplement pas et qu’elle est en proie à une forme de mal-être au travail.

Finalement, j’ai toujours su que mon job ne me plaisait pas. (...) Mais avoir un travail en CDI dans une grande entreprise, que tout le monde connaît, qui rend ma famille fière, c’était important pour moi, ça me rassurait.

Oser franchir le cap de la reconversion professionnelle pour être en phase avec ses aspirations

Il n’est pas toujours évident de s’autoriser un changement de vie professionnelle, de braver la peur et les incertitudes auxquelles nous pouvons faire face.

C’est stressant d’enlever ce filet, de se dire : la voie que j’avais choisie et qui fonctionnait, je vais la rayer, je vais passer à autre chose.

Je gagnais bien ma vie, j’avais une certaine aisance, qui faisait que je me sentais considérée. Perdre cette distance qui me permettait de vivre et d’avancer, ça me faisait très peur et je le faisais juste pour gagner mon salaire. Donc je me suis dit STOP.

Il y a eu une détonation en moi, je me suis dit : 31 ans et tu coules ? 31 et tu n’aimes pas ton métier.

Anne-Claire commence le parcours Chance afin de renouer avec ses aspirations, négligées depuis le début de sa vie professionnelle.

Je me suis dit qu’avec Chance, j’allais être entourée. Ça a été le cas avec ma coach qui m’a soutenue et aidée à ne pas perdre espoir.

Chez Chance, on propose aux personnes qui font le parcours d’analyser leur travail comme la somme de 4 piliers : le métier, la finalité, les impératifs non négociables et l’environnement

Lors d’une reconversion professionnelle, une des premières étapes est la phase d’introspection, une étape-clé. C’est à ce moment qu’on se pose des questions qui, de prime abord, semblent basiques, mais qui sont en réalité indispensables : Qui je suis ?, Qu’est-ce que je veux ?

Pour Anne-claire, cette phase d’introspection est “la plus simple à gérer”.

Vient alors l’analyse du métier. Choisir un métier, c'est comprendre la combinaison optimale d'actions et de tâches que l’on souhaite accomplir chaque jour, sur la base des moteurs, de ce qui nous anime et nous donne de l'énergie : Qu’est-ce que je veux faire comme métier ?, Comment j’y arrive ?

Là, ça a été plus compliqué. C’était très dur de me rendre compte que quelqu’un n’allait pas me donner la réponse : “Je suis faite pour ça, point.” Ça ne se passe pas comme ça.”

J’ai dû travailler sur moi, faire des recherches, ce qui est normal, parce que les réponses viennent de vous.”

Faire une reconversion professionnelle pour devenir commissaire-priseur

Allier compétences et passion, c’est possible !

J’ai fait du droit, et j’aime l’art. C’était toujours ma passion, mais je ne savais pas comment y entrer et ce qui me pouvait me plaire dans l’art.”

Anne-Claire découvre, grâce à l'outil explorateur des métiers, des suggestions de métiers fondées sur ses moteurs de vies et ses aspirations profondes.

J’ai découvert les métiers, et je me suis rendu compte que commissaire-priseur était fait pour moi.”

C’est ainsi qu’Anne-Claire a repris ses études. Ayant acquis de nombreuses compétences liées au droit, il s’agit désormais pour elle de développer son savoir en histoire de l’art.

En parallèle, elle souhaite intégrer le milieu de l’art, en cherchant activement un emploi dans ce domaine.

J’ai pu compter sur Chance pour me mettre en rapport avec des personnes du milieu de l’art, et avoir des contacts dans ce milieu que je ne connais pas du tout.

Le conseil d’Anne-Claire pour se lancer dans une reconversion professionnelle

Pour celles et ceux qui ne se sont jamais senti-es ou qui ne se sentent plus épanoui-es dans leur vie professionnelle, Anne-Claire conseille avant tout de s’écouter :

J’ai fait l’erreur de rester 6 ans dans quelque chose qui ne me plaisait pas. Je me le reprochais beaucoup. Je ne comprenais pas pourquoi j’étais malheureuse alors que je voyais mes collègues heureux et qui aimaient leur job.

Faites ce que vous êtes
Chance est le parcours de coaching digital pour choisir la voie qui vous ressemble. En 12 semaines. Finançable par le CPF.

Plus d’articles