Mal-être au travail : comment s'en sortir

Le mal-être au travail n’est pas nouveau, en revanche nous en parlons de plus en plus. Cette sortie du tabou a le mérite d’abord de prévenir le sentiment de solitude des individus, et de proposer des solutions aux personnes pour rebondir.

Le mal-être au travail : pourquoi est-ce si important ?

Le travail nous apporte non seulement notre assise économique, mais aussi le sentiment d’une place et d’un statut au sein de la société (la fameuse question “Que fais-tu dans la vie ?” étant le point de départ d’une majorité de conversations), et même une part souvent non négligeable de notre vie sociale, nourrie par nos relations avec nos collègues ou collaborateur-rices.

Le dialogue avec vos RH pour parvenir à une résolution

Il ne faut pas hésiter à sonner la sonnette d'alarme et à ouvrir le dialogue avec vos RH. Car le mal-être au travail des employé-es a des répercussions dont les RH se soucient. Leur parler pour trouver des solutions mutuellement bénéfiques (et Chance en fait partie) peut être un premier pas vers une résolution.

Le mal-être peut provenir de sources différentes :

1- L’épuisement professionnel, le burnout, le brown-out et le bore-out : des manifestations de mal-être à prévenir

Le burnout, le brown out et le bore-out se caractérisent tous les trois par l’épuisement auxquels ils donnent lieu.

Pour apprendre à en détecter les signes et se reconstruire, c’est par ici :

Burnout, bore-out, brown-out : comment le prévenir et se reconstruire ?

Concernant le burnout, pour 57% des salarié-es, la surcharge de travail est la première source de stress, selon une étude de Deloitte et Cadremploi de 2015. C’est en quelque sorte le mal du siècle, qui demande un vrai temps de reconstruction. C’est pourquoi il est essentiel de le prévenir.

Retrouvez nos deux articles spécifiquement liés au burnout :

Gaëlle Courson parle de sa reconstruction après le burnout :

2- Le manque de reconnaissance : une source de mal-être récurrente

Vous travaillez dur, et vous ne recevez pas la gratitude ou les récompenses que vous attendez

Selon la même étude de Deloitte et Cadremploi de 2015, les causes du mal-être au travail sont régulièrement liées

  • au déséquilibre entre objectifs attendus et moyens consentis (42%),
  • à l’absence de reconnaissance au travail (32%)
  • à un manque de repères dû à l’imprécision des responsabilités et des rôles de chacun (31%).

En réalité, tous ces chiffres concourent à la même chose : le travail d’une personne n’est pas suffisamment valorisé, et par conséquent perd en précision, en moyens, tout en étant rattaché à une pression de performance sans laquelle il sera difficile de progresser. C’est le cas typique qui fait qu’on se sent bloqué-e : on ne perçoit même plus sa propre valeur, à force de se sentir peu reconnu-e.

Comment remédier au manque de reconnaissance ?

Par le dialogue, à froid (surtout pas à chaud, sous le feu de l’émotion), en ayant préparé ce que vous avez à dire et en restant factuel-le.

Une technique peut beaucoup aider, dans ce cas : l’OSBD.

L’OSBD ? Kézako ?

  • O = Observation : J’observe un fait, un comportement concret
  • S = Sentiment : Je réagis à ce contexte, comportement par un sentiment
  • B = Besoin : J’exprime les désirs, besoins ou valeurs qui ont éveillé ce sentiment
  • D = Demande ou décision : Je demande à autrui des actions concrètes qui contribueront à répondre à ce besoin

Par exemple :

  • O = “Lors de mon dernier entretien annuel, nous avons vu ensemble que les 6 missions qui m'avaient été confiées ont été réalisées au-delà des attentes, et qu'avec ma montée en compétences, nous pouvons envisager une ré-évaluation de mon poste. Cela fait 6 mois et rien n'a changé.”
  • S = “Je me sens démotivé-e.”
  • B = “J'ai besoin que mon travail soit reconnu, mis en valeur, j'ai besoin d'engagement dans mon poste.”
  • D = “Je souhaiterais une augmentation de mon salaire de 10%, et qu’un recrutement soit fait dans de brefs délais pour que l’ensemble des tâches puissent être accomplies dans de bonnes conditions.”

3- La perte de sens, l’inadéquation avec les valeurs de votre structure

La perte de sens peut être liée à beaucoup de choses : le manque de reconnaissance, un problème managérial, mais aussi la mission elle-même, le sentiment d’être dans un bullshit-job (job à la con”), l’impression que vos valeurs sont sans cesse - ou bien trop souvent entravées dans la structure où vous exercez, ou dans les conséquences de votre travail.

Bref, il y a un conflit, qui peut donner lieu à énormément de mal-être.

Que faire en cas de perte de sens au travail ?

Interroger votre travail avec méthode, et sans doute, vous faire accompagner pour retrouver le sens que vous aviez perdu. Car le sens se retrouve, que ce dernier soit lié à votre travail dans son fond (la mission) ou dans sa forme (l’environnement de travail, vos impératifs personnels).

Chez Chance, nous amenons les personnes à réfléchir au travail (puis à valider leur projet de réorientation tout au long du parcours) selon 4 piliers essentiels :

4 piliers méthode Chance - métier environnement finalité impératifs

En interrogeant votre travail actuel de manière précise selon ces 4 points, et en regardant ce qui pourrait changer, vous vous rendrez compte que tout n’est pas nécessairement à changer, et qu’un point de changement peut tout rééquilibrer.

Faites ce que vous êtes
Chance est le bilan de compétences digital pour choisir la voie qui vous ressemble. En 12 semaines. Finançable par le CPF.

Plus d’articles

Conseils et exercices
L’évolution comme levier d’engagement professionnel

En France, 46 % des salarié-e-s souhaitent bénéficier de conseils pour faire progresser leur carrière au sein de leur entreprise, selon l'enquête Workmonitor 2022 de Randstad. Un chiffre qui démontre le besoin d’accompagnement de chacun-e tout au long de son parcours professionnel. L’évolution actuelle du marché de l’emploi modifie la perception des carrières. Le temps où un-e salarié-e occupait le même poste durant toute sa vie professionnelle est révolu. Aujourd'hui, il est de plus en plus fréquent que les collaborateurs-trices évoluent professionnellement au sein d’une même entreprise, en changeant parfois de métier. On assiste également à une crise de l’engagement, amenant nombre d’actifs-ves à changer régulièrement d’employeur. D’après l’édition 2022 du baromètre de l’évolution professionnelle (enquête menée par l’Ifop), 2 salarié-e-s sur 3 envisagent une évolution professionnelle d’ici deux ans, et 66 % d’entre eux-elles souhaitent évoluer au sein-même de leur entreprise. Comment l’évolution professionnelle peut-elle permettre de favoriser l’engagement des collaborateurs-trices tout au long de leur carrière ? Retour sur le témoignage de Judith Matharan, Responsable Communication RH et Anne-Laure Paoli, Talent et Development Manager chez Pernod Ricard pour évoquer le partenariat entre Pernod Ricard et Chance, dans le cadre de la Semaine de l’entreprise responsable et inclusive.