5 conseils pour repenser sa vie pro, par Ludovic de Gromard, CEO et cofondateur de Chance

Quelles modalités peuvent nous aider à repenser notre vie pro ? Comment s’assurer que l’orientation que nous prenons soit la plus pertinente, la plus en phase avec nous, nos valeurs et nos impératifs ? Comment déterminer tout ça alors qu’on n’a jamais appris à se mettre vraiment au centre de nos décisions ?

1- Ne pas attendre LA fulgurance

Le moment où vous vous frapperez sur le front en vous disant “Eurêka, bon sang mais c’est bien sûr, c’est ça que je vais faire de ma vie”... n’arrivera pas tout seul. Ça, c’est dans les films. Attendre, ce n’est pas agir, c’est remettre à plus tard.

2- Ne pas se limiter à penser en termes de métier et de secteur

Réfléchir à ses aspirations, à son travail, demande une analyse plus complète, selon 4 piliers essentiels qui sont :

  • La finalité (que servez-vous via votre travail ?)
  • L’environnement (quelle est la culture d’entreprise à laquelle vous aspirez ? Souhaitez-vous un lieu agile, hiérarchisé, etc. ?)
  • Le métier (l’ensemble des tâches, le rôle que vous accomplissez au quotidien)
  • Les impératifs non négociables qui sont les vôtres (financiers, géographiques, horaires, famille, santé…).

3- Déterminer le sens que l’on veut donner à sa vie professionnelle

Chaque individu a une conception singulière du sens. Pour clarifier le sens que l’on veut donner à sa vie, il convient de se référer, dans un premier temps, aux 4 niveaux d’utilité suivants : A. L'utilité pour un groupe de quelques personnes (des collègues, des clients, des patients, vos enfants...) B. L’utilité pour un groupe de plusieurs dizaines de personnes C. L’utilité pour la société, donc des milliers ou millions de personnes D. L’utilité pour la planète.

Tout cela peut changer selon les moments de vie, contraintes, les cordes que tel ou tel sujet touchent en nous à des périodes clés : il peut être utile de les interroger régulièrement.

4- Ne pas laisser votre entourage vous influencer avec leurs faux “bons conseils”

Votre entourage, même le plus bienveillant, n’est pas spécialiste de l’orientation et leur avis va introduire des biais. Vous pouvez bien sûr les solliciter dans votre démarche, mais méthodiquement et sur certains points précis (par exemple un retour sur vous, vos qualités, etc.).

5- Arrêter de vous convaincre de croyances fausses

“Le travail ce n’est pas fait pour être heureux”, “Je travaille pour gagner ma vie et c’est une fois que j’ai fini ma journée que je peux m’épanouir”, “Un parcours de réflexion professionnelle ça va me proposer d’élever des chèvres au Larzac”. Tout ça, ce sont des croyances limitantes (ou de gros clichés qui tachent) : ne vous laissez pas limiter par elles, elles alimentent votre sentiment d’être bloqué-e et, finalement, vous font procrastiner sur ce qui compte le plus : votre vie (or, on n’en a qu’une).

Quelques questions posées à Ludovic pendant le live :

Dois-je garder mon CPF pour une formation, plutôt que de faire un bilan avec Chance (ou tout autre parcours de réflexion professionnelle) ?

Nous comprenons que cette question se pose car les crédits CPF ne sont pas infinis. Mais si la formation que vous faites doit répondre à une question plus large que vous vous posez sur votre orientation professionnelle, commencez par faire un bilan. Combien de personnes accumulent les formations pour faire des choses prometteuses mais qui ne correspondent pas, profondément, à leurs aspirations ? Votre temps est précieux, consacrez-le à aller dans une direction qui vous ressemble réellement. Pour accéder à la page CPF de Chance, c’est ici.

Le parcours Chance est-il uniquement pour les résident-es français-es ? Ou bien votre parcours peut-il être utile même si nous vivons à l'étranger ?

Oui, le parcours Chance peut se faire depuis partout dans le monde, et la méthodologie est applicable à tous les pays.

Est-ce qu'il peut être "trop tard" pour se réorienter ? (à cause de l'âge par exemple)

Il n’est jamais trop tard : l’âge est un sujet fréquent de croyances limitantes, que le coaching Chance aide à déminer. Parmi nos alumnis, Isabelle a opéré une réorientation à 55 ans : découvrez son témoignage.

Pourquoi est-il plus difficile pour certain-es de trouver sa place alors que d'autres découvrent leur vocation très jeune ? Est-il possible de ne jamais trouver sa place ?

Êtes-vous vraiment sûr-e que les personnes que vous avez en tête ont réellement découvert leur vocation ? On vit dans un règne d’images lisses de vies idéales, mais ce sont des images qui peuvent nourrir des croyances limitantes chez nous.

La vraie question est : avez-vous, vous, déjà investi un peu pour apporter une attention particulière à vous-même, et à ce qui constitue donc votre capital le plus précieux - à savoir votre vie ? En le faisant, vous vous donnerez une place dans votre esprit, pour l’affirmer ensuite dans vos choix. Vous pouvez d'ores et déjà amorcer cette démarche en en parlant à un-e de nos conseiller-ères

Est-ce que Chance est le bon partenaire si on ne souhaite pas faire une réorientation, mais connaître et identifier plus clairement ses prochaines étapes ?

Totalement. De nombreuses personnes font Chance aussi pour se repositionner dans leur structure, pour se projeter et mieux envisager leur place dans l’organisation.

Entreprendre un coaching personnel en parallèle au parcours Chance serait-ce une démarche plus puissante ? Le conseillez-vous ? Merci à vous

Le parcours Chance inclut déjà 9 séances de coaching personnel en plus de l’autocoaching : pourquoi les dédoubler ? Vous pouvez faire confiance en vos capacités à vous pour faire émerger les bonnes questions, en étant guidé-e par le ou la coach que nous aurons choisi-e sur-mesure pour votre profil. Le mieux, si vous vous posez ces questions, est d’en parler à un-e de nos conseiller-ères.

Comment Chance pourrait aider les jeunes ? C’est un sujet qui m’intéresse tout comme l’égalité des chances, la diversité et plus largement l’inclusion ?

Pour l’instant, Chance accompagne des personnes qui ont au moins 2 ans d’expérience professionnelle. Sur l’égalité des chances, la diversité et l’inclusion, ces points sont inscrits dans notre ADN et notre raison d’être (Chance s’appelle ainsi pour l’égalité des chances), nous vous suggérons de lire notre page Mission sociale.

Faites ce que vous êtes
Chance est le bilan de compétences digital pour choisir la voie qui vous ressemble. En 12 semaines. Finançable par le CPF.

Plus d’articles