L'histoire de Clotilde, de la banque à responsable de boutique

Comment savoir ce qui est bon pour soi ? Comment se reconnecter à ses valeurs et aspirations profondes ? Clotilde cherchait un environnement où l’humain primait. Dans la vente en boutique, elle a découvert le lieu qui pouvait lui permettre d’exprimer tous ses moteurs.

Sortir d'un environnement pesant

Se retrouver dans une structure qui délaisse l’humain et le bien-être pour favoriser la productivité et l’efficacité, non, Clotilde n’en voulait plus. Prendre sur elle au détriment de sa propre santé mentale et physique l’a menée à ce point de saturation ultime :

Dès que j’étais dans de grosses structures (j’ai travaillé en banque par exemple), ça a été horrible. C’est trop écrasant, il y a des N+1, +2, +3, +4 000. Moi je n’aime pas.”

Ce type d’environnement ultra rigide où c’est d’abord la productivité et ensuite l’humain, je tiens un moment parce que je suis quelqu’un de battant, mais il y a un moment où je perds de l’intérêt, où mon corps se rebelle contre moi. Je suis obligée d’arrêter.”

Se mettre en phase avec ses valeurs

Savoir identifier ses valeurs et ses envies permet de prendre des décisions en fonction, et surtout d’être fidèle à soi-même. Et d’une certaine manière, de se protéger. Les valeurs nous servent de boussole pour aller dans la bonne direction. C’est pour cela qu’il est nécessaire de s’accorder du temps pour soi afin de se reconnecter avec ce qui nous anime réellement.

Pour réfléchir à vos valeurs

Si la question des valeurs vous titille, voici deux ressources pour vous aider dans votre réflexion :

Et ça tombe bien, car Clotilde est une férue des bilans personnels. En découle donc une volonté de faire un bilan personnel et professionnel avec Chance, afin de mieux se situer dans sa vie :

Mon objectif premier c’était d’avoir un travail, et d’avoir un bon travail pour moi.

Je voulais faire la différence entre ce que je sais faire, ce que je peux faire et ce qui est bon pour moi de faire.

Il y avait le côté créatif que je gardais à un niveau assez privé, et le côté sociable, qui est plutôt une chance dans la vie !

Sa rencontre avec Chance lui a permis de comprendre que le pilier lié à l'environnement de travail était primordial :

C’est en faisant le parcours que je me suis rendu compte qu’intuitivement, j’allais vers des boîtes indépendantes ou des boutiques de créateurs, dans lesquelles il y a un contact où l’humain prime .”

Comprendre la méthode Chance à travers les 4 piliers

Une clé de réflexion essentielle pour commencer, seul-e ou accompagné-e, à réfléchir à votre orientation professionnelle : “Non, un travail, ce n'est pas qu'un métier”.

Sa reconversion professionnelle avec le parcours Chance

Malgré un contexte sanitaire pouvant en apparence nous limiter dans certaines de nos ambitions, notamment celle de partir vivre ailleurs, Clotilde a souhaité optimiser ce temps durant la période de confinement :

Grâce au parcours Chance, j’ai réussi à comprendre mes paradoxes, et à en faire une chance. Et ce que j’ai beaucoup aimé avec ma coach, c’est qu’on avait beaucoup de points communs et une vraie affinité. Elle m’a vraiment permis d’avancer personnellement et professionnellement, sur des choses très concrètes pour moi.

J’ai aussi compris (et ça peut paraître paradoxal), que la vie professionnelle n’était pas un énorme moteur pour moi. Il fallait aussi que j’investisse à côté sur d’autres domaines. Et ne pas forcément tout chercher à nourrir à travers le travail. Faire ce distinguo a été pour moi une vraie source d’équilibre.”

Son quotidien en tant que responsable de boutique

Reconnaissance, considération, légitimité, remerciements. Ces actions de grâce rythment aujourd’hui le quotidien de Clotilde. Elle nous raconte :

Une dame pour qui j’ai travaillé recherchait quelqu’un et c’était exactement le boulot que je me souhaitais. C’est donc une boutique multi-marques, avec un côté touche à tout où je fais du conseil en image auprès des clientes. Les voir sortir des cabines et se trouver jolies, pour moi, c’est super gratifiant. On vend des bijoux, des sacs, donc on peut construire des looks, et donc je peux faire ma styliste en herbe aussi !

Savoir agencer la boutique et avoir un service quasiment irréprochable avec les clientes, c’est un plus qu’on a envie de donner. Pouvoir créer une communauté avec les clientes, connaître leurs envies... Créer cette relation de proximité revient à créer quelque chose qui a du sens.

C’est vraiment le type d’environnement dans lequel je me sens bien, dans lequel j’investis. Et le retour sur investissement, je l’ai directement : les clientes, leurs sourires, ma patronne avec sa gentillesse, son sourire et ses remerciements. Quelqu’un qui reconnaît un travail bien fait, c’est génial.”

Si comme Clotilde, vous souhaitez franchir le pas de la reconversion professionnelle :

Pour votre reconversion, prenez les décisions qui vous ressemblent

Faites ce que vous êtes
Chance est le parcours de coaching digital pour choisir la voie qui vous ressemble. En 12 semaines. Finançable par le CPF.

Plus d’articles