Choisissez le travail qui vous rendra heureux(se). Essayez Chance gratuitement.

Nourrir votre motivation au quotidien

coverImage

Chance s’est créé autour d’une mission : que chacun, d’où qu’il vienne, puisse choisir le travail qui le/la rendra heureux(se). Plus globalement, il s’agit de casser les carcans du monde du travail pour que les personnes accèdent à un travail qui leur ressemble, dans lequel elles se réalisent et sont performantes.

La motivation est le plus fort prédicteur de la performance, en sus des compétences et capacités de la personne. C’est ainsi le premier ressort à identifier et sur lequel capitaliser pour réussir une vie professionnelle en accord avec soi.

Cet article, issu de la méthode Chance, vous permet de comprendre comment fonctionne votre motivation pour l’alimenter et l’orienter dans la bonne direction : celle du passage à l’action vers une vie qui a du sens.

Quelles sont les situations où vous manquez de motivation ?

Commençons sans détour par nommer ces manques et les identifier.

Terminez ces deux phrases :

  • “Je ne suis pas motivé(e) quand…”
  • “Je suis motivé(e) et pas motivé(e) à la fois quand… et…”

Exemples : “J’ai la flemme d’allumer mon ordinateur le matin.” “Je n’ai pas de plaisir à passer cet appel avec mon collègue tout à l’heure, mais je vais le faire.” “Je n’arrive pas à me projeter dans mon activité professionnelle dans 6 mois.” “J’ai envie de profiter du confinement pour apprendre l’italien mais je ne le fais pas.”

Qu’est-ce que la motivation ?

Le mot “motivation” vient du latin “movere” (mouvoir), et signifie “ce qui met en mouvement”. C’est à la fois :

  • L’intensité d’énergie mise dans une action — dans ce cas-là, on parle d’avoir de la motivation.
  • Une raison ou cause qui pousse à agir — et là, on parle d’une motivation.

La motivation a ainsi un double visage : intrinsèque (la motivation) et extrinsèque (une motivation).

Qu’est-ce qui vous motive intrinsèquement ?

La motivation intrinsèque, c’est le plaisir de faire quelque chose, de son processus, quelle qu’en soit la finalité. Elle se rapproche de ce fameux état de “flow” que l’on expérimente lorsque le temps défile sans qu’on s’en rende compte, qu’on est pleinement concentré(e) à ce que l’on fait, que l’on se sent bon(ne) et à sa place, comme un peintre devant un tableau ou lors d’un échange très connecté avec quelqu’un (par exemple à “refaire le monde”). C’est l’énergie naturelle mise dans une action, et en cela la motivation intrinsèque est très puissante, car elle part de soi. Il s’agit d’une motivation ancrée dans le présent.

Identifiez vos motivations intrinsèques

  • Qu’aimez-vous faire au point de perdre la notion du temps ?
  • Quelles sont les tâches dans lesquelles vous vous sentez bon(ne) et à votre place ?
  • Qu’est-ce qui vous remplit d’énergie ?
  • Quand vous avez une heure à perdre (et êtes en forme), que faites-vous ?

Les activités manuelles (jardiner, cuisiner, bricoler, etc.) reviennent souvent en réponse à ces questions, car elles sollicitent les sens et permettent au mental de ne pas se disperser et donc de se sentir centré(e) et pleinement présent(e). Néanmoins, il est aussi intéressant d’aller chercher des activités plus globales comme “faciliter”, “créer”, “communiquer”, “analyser”, etc : ce sont des moteurs, une notion clé du parcours Chance :

Qu’est-ce qui vous motive extrinsèquement ?

La motivation extrinsèque, c’est le plaisir du résultat, quel qu’en soit le coût. Être motivé(e) extrinsèquement signifie que l’on est prêt(e) à faire des efforts pour atteindre un objectif. Cette motivation est tournée vers l’avenir.

Identifier ses motivations extrinsèques revient à se fixer des objectifs (motivants).

Identifiez vos motivations extrinsèques

  • Quel(s) objectif(s) avez vous envie d’atteindre aujourd’hui, et qui vous rendra fier(ère) ou service ?
  • Et dans un mois ?
  • Et dans un an ?

Il n’est peut-être pas simple de répondre à ces questions. C’est normal car la motivation extrinsèque fait appel à une vision plus long terme.

Connaissez-vous vos priorités ?

Se fixer des objectifs ne peut se faire qu’en les déduisant de priorités identifiées et choisies.

Continuez votre réflexion :

Reprenez les situations de manque de motivation que vous avez identifiées en début d’activité. Ces situations où vous (vous) dites : “Je verrai demain”, “Je n’ai pas le temps”, “Si, si, je vais le faire !”

Choisissez une de ces situations et demandez-vous :

1. Est-ce que vous n’avez pas le temps, ou bien est-ce que ce n’est pas votre priorité ?

2. Dit autrement, pourriez-vous le faire si vous faisiez passer cette action en priorité sur le reste ?

Choisir vos priorités vous assure de vous mobiliser sur ce qui est essentiel pour vous.

Identifiez vos priorités 

  • Qu’est-ce qui est important pour vous ?
  • Qu’est-ce qui passe avant quoi ?
  • Quelles sont les valeurs que vous souhaitez privilégier dans votre vie ?
  • Quels objectifs résonnent avec vos valeurs ?

Là encore, il n’est peut-être pas simple de déterminer ses priorités. Car savoir ce qui est prioritaire nécessite de savoir ce qui compte réellement pour vous, ce qui fait sens.

Plus globalement, quel sens voulez-vous donner à votre vie ?

Remontez d’un cran 

  • À quoi souhaitez-vous contribuer, être utile ?
  • Comment saurez-vous que vous avez réussi votre vie ?
  • Quel est votre “mantra” personnel, cette phrase que vous pourriez lire tous les matins pour donner du sens à votre journée ?
  • Qu’est-ce qui fera que vous aurez réussi votre vie dans 5 / 10 / 20 / 30 ans ? Ici, on parle de votre étoile du Nord, autre notion clé du parcours Chance (on en parle notamment ).

Exprimer le sens de votre vie vous permettra de trouver de la motivation dans les priorités, objectifs et actions qui en découlent que vous mettez en place. À noter (en lettres d'or) : le sens n’existe pas a priori, il se donne.

L’allégorie des tailleurs de pierre

L’allégorie des tailleurs de pierre, déjà abordée dans l’atelier d’autocoaching “Quelle utilité voulez-vous donner à votre vie professionnelle ?” nous montre bien que trois hommes en train de faire la même action ne lui donnent pas le même sens :

  • l’un “taille une pierre” (et est très peu motivé),
  • l’autre “construit un mur” (pas beaucoup plus motivé),
  • le dernier “construit une cathédrale” (vous avez compris l’idée).

En pratique — répondez à ces questions :

  • Quelle est votre pierre, votre mur, votre cathédrale ?
  • Est-ce la cathédrale à laquelle vous souhaitez contribuer ?
  • Si non, quelle cathédrale voudriez-vous contribuer à construire ?

Trouvez l’équilibre entre motivation intrinsèque et extrinsèque

Ces deux types de motivation, intrinsèque et extrinsèques, sont 2 leviers avec lesquels jouer. Il n’y en a pas une meilleure que l’autre mais il faut trouver son propre équilibre : le chemin vs le résultat. Souvenez-vous : l’action est la seule preuve de motivation et la seule façon de prendre confiance en vous et ainsi de nourrir votre motivation. Pour résumer :

  • Identifiez le sens que vous voulez donner à votre vie, et déclinez-le en priorités puis en objectifs, et enfin en actions.
  • Investissez-vous dans des projets qui vous rendront fier(ère), et/ou qui vous rendront service, en lien avec vos priorités.
  • Lancez-vous dans l’action !
  • Prenez conscience de ce qui vous motive intrinsèquement pour décupler votre énergie et votre plaisir à agir.
Une révolution méthodique
Chance est le parcours de coaching digital pour choisir le travail qui vous rendra heureux(se). En 3 mois. 100% en ligne.
Pour amorcer votre changement, démarrez notre essai gratuit. Au programme : un point complet sur votre situation actuelle, une séance de vidéo-coaching et un horizon plus clair dès les 1ères activités.

Plus d’articles

Reconversion professionnelle : savoir prendre des risques

11 conseils pour surmonter le syndrome imposteur et trouver sa place

Le syndrome de l’imposteur : qui est-il, d’où vient-il, et les techniques pour en sortir