Choisissez le travail qui vous rendra heureux(se). Essayez Chance gratuitement.

Ces citations inspirantes qui nous pourrissent la vie : “Dans la vie on ne fait pas ce que l’on veut mais on est responsable de ce que l’on est”, J.-P. Sartre

coverImage

Oui, on ose le dire, on n’en peut plus de ces citations qui hantent les cartes postales, les agendas, les posts Instagram et autres. Parfois elles ne sont évidemment pas absurdes et peuvent redonner sourire, espoir et joie de vivre, mais bien souvent, elles créent des injonctions de plus qui, finalement, paralysent et donnent l’impression que face au monde, on est faiblard(e).

Globalement, on leur reproche de simplifier à l’excès la réflexion en général, de même que celle de son auteur (qui, écrivant des bouquins de centaines de pages, ne s’attendait sans doute pas à être résumé sur une simple carte postale). Et surtout, ça donne l’impression qu’on est tous pareils, qu’on sent la vie, ses joies et ses crises de la même manière, qui qu’on soit — et que quoi qu’il arrive, un texte en Comic Sans MS sur un coucher de soleil violet nous parlera et nous sortira de l’impasse, c’est sûr et certain.

Illustration citations inspirantes Chance coucher de soleil
Oui, on force le trait.

Eh bien non, nous sommes tous humains, tous uniques, et c’est ça qui est chouette. Et le mieux, c’est que nous pouvons mettre en œuvre notre esprit critique, même si la signature au bas de la citation inspire a priori notre respect.

“Dans la vie on ne fait pas ce que l’on veut mais on est responsable de ce que l’on est” , Jean-Paul Sartre

Sartre Chance Dans la vie on ne fait pas ce que l'on veut mais on est responsable de ce que l'on est.” citation coaching reconversion

Merci Jean-Paul d’avoir donné ton avis, mais en fait c’est un peu facile à dire. On n’est pas responsable d’où l’on vient, des discriminations qu’on subit, des difficultés que l’on ressent à naviguer dans ce monde.

On peut y travailler, on peut même parvenir à s’en émanciper par une volonté d’acier ou en se faisant accompagner (notamment grâce à un parcours révolutionnaire et 100% en ligne qui redonne les clés de sa vie professionnelle — et donc personnelle), mais formuler ça comme ça, c’est 1- très culpabilisant pour le commun des mortels et 2- un tantinet énorme de la part de quelqu’un qui avait à peu près tout ce qu’il lui fallait pour vivre heureux.

Globalement, dire ça quand on vivait, comme Sartre, dans un coquet appartement de la rive gauche parisienne, et qu’on sirotait chaque jour son petit café aux Deux Magots entouré de la crème des artistes de son époque, c’est une sorte de blague. Non pas que quand on naît (ou qu’on devient adulte) avec une cuillère en or dans la bouche, on ne soit pas légitime pour donner des conseils, mais là, ça va un poil loin.

On est parfois victime de ce que l’on est, c’est le principe des discriminations

Oui, les discriminations existent et font rage, sur tous les plans : selon une étude Glassdoor de 2019 sur la diversité et l’inclusion :

  • plus d’1 quart des employé(e)s français(es) ont été témoins ou victimes de sexisme (30%) et de racisme (28%) au travail,
  • 22% ont assisté ou vécu une discrimination “fondée sur l’orientation/identité sexuelle”
  • 39% ont été la cible “d’âgisme” (visant en grande partie les plus jeunes actifs).
4 des français victimes sexisme racisme Chance renconversion professionnelle

Les employés les moins bien payés sont également les plus concernés par les discriminations au travail :

“Les employés français dont le revenu annuel du ménage est inférieur à 20 000€ par an sont plus susceptibles d’avoir été victimes ou témoins de discrimination liées au genre ou à l’orientation sexuelle, que ceux dont le revenu annuel du ménage est de 50 000€ ou plus”, note l’étude.

Ainsi, 42% des personnes aux plus bas revenus ont été confrontées au sexisme, et 30% à la discrimination sur l’orientation sexuelle, contre 26% et 17% de celles touchant les plus hauts revenus (et c’est déjà colossal).

Quid de faire une carte postale de ça, plutôt ? Peut-être que ça ferait enfin bouger les lignes de placarder ça au rayon kawaii de toutes les papèteries ?

Donc non, on n’est pas “responsables de ce qu’on est”

On doit vivre avec, quand on est femme, quand on n’est pas blanc, qu’on est trop petit, maigre, gros, quand on est pauvre, quand on n’est pas né(e) au bon endroit, quand on est jeune, quand on est vieux, quand on est homosexuel(le), bisexuel(le), trans, et on en passe, quand on est célibataire, quand on est enceinte, quand on a un nom à consonance étrangère (et non, les noms belges et américains, certes à consonance étrangère, ne font pas partie de ceux qui sont discriminés), quand on a un accent, etc.

Ce qu’on est, on n’y peut rien. Ce qu’on devient, ça dépend de plein de choses, et oui, il est vrai que chacun peut relever de grands défis.

Mais chacun ne peut pas relever tous les grands défis, et la culture de l’héroïsme où sont portés aux nues ceux et celles qui ont réussi à tout surpasser peut être simplement angoissante quand on n’a pas une folle confiance en soi. Et à force d’être angoissé(e), on n’ose plus rien (si je ne peux pas être parfait(e), je ne peux donc rien être : lisez à ce sujet notre article fort éclairant sur le syndrome de l’imposteur).

Ne pas reconnaître que ça demande une force supplémentaire de “devenir quelqu’un” quand on n’a pas tout à la naissance, c’est violent.

#PlotTwist : la vérité, c’est qu’en fait cette citation qui nous pourrit la vie parle de la liberté

Et sous forme tronquée, eh bien ce n’était pas clair. C’est tout le problème des citations sans contexte : finalement on perd tout leur sens initial.

En réalité, cette citation, comme toujours, est martelée pour tout et n’importe quoi, alors que ce dont parlait Sartre, ce n’est pas de la vie en général, mais précisément de la notion de liberté. La liberté de l’être humain implique son entière responsabilité en tant que sujet. Et là, ça tombe plutôt juste : ça consiste à dire qu’on ne peut pas faire n’importe quoi sous prétexte qu’on le fait au nom de sa liberté. Ça consiste aussi à dire qu’une situation donnée ne détermine pas une décision donnée : on est libres de faire un choix (celui de se soumettre ou pas à la tyrannie, par exemple). Donc on pardonne Sartre, et même à certains égards, on le remercie d’avoir écrit plutôt des livres que des aphorismes.

Une révolution méthodique
Chance est le parcours de coaching digital pour choisir le travail qui vous rendra heureux(se). En 3 mois. 100% en ligne.
Pour amorcer votre changement, démarrez notre essai gratuit. Au programme : un point complet sur votre situation actuelle, une séance de vidéo-coaching et un horizon plus clair dès les 1ères activités.

Plus d’articles

Reconversion professionnelle : savoir prendre des risques

Réconcilier impératifs financiers et quête de sens professionnel

Donnez-vous la permission d’oser