Choisissez le travail qui vous rendra heureux(se). Essayez Chance gratuitement.

L’environnement de travail : un facteur clé dans la reconversion

coverImage

Comme chaque semaine, nous avons mené un entretien en direct et “en public” (par vidéo) avec une coach professionnelle partenaire de Chance. Cette semaine, Marie Barbier parlait de l’environnement de travail. L’environnement dans lequel on exerce peut modifier radicalement son rapport au travail et son épanouissement. Qu’est-ce qui compose un environnement de travail ? Comment hiérarchiser l’importance de ces éléments ? Comment identifier l’environnement idéal pour être heureux(se) au travail ?

z## Quels sont les piliers sur lesquels repose un travail épanouissant ? Chance a bâti sa méthode autour de l’idée qu’un travail qui rend heureux doit absolument reposer sur 4 piliers fondamentaux à prendre pleinement en compte pour que vos talents pourront s’y épanouir :

  • Le métier (l’activité),
  • La finalité (l’utilité/le sens),
  • L’environnement, qui nous intéresse aujourd’hui,
  • Les impératifs (financiers, géographiques, familiaux, etc.).

L’environnement de travail, facteur clé et multiforme de l’épanouissement personnel et professionnel

D’entrée de jeu, définissons les contours de l’environnement de travail. Interrogés sur ce qui, selon eux, compose un environnement de travail, les participants de ce live suggèrent des éléments particulièrement variés : “rapport avec les collègues, nombre de collègues, culture d’entreprise, valeurs, disposition des lieux, méthodes de travail, localisation, avantages et inconvénients, mode de management”, etc. Et en effet, ces points font partie de ce qu’on appelle de manière générique l’“environnement”. Ils sont si nombreux, et touchent des aspects si essentiels (la relation humaine, le rapport à la pression, leur capacité à tenir compte d’impératifs personnels, l’autonomie, etc.) qu’ils peuvent fortement conditionner l’épanouissement de quelqu’un, et même ses capacités à exceller et montrer ses compétences : “Une même personne dans un environnement donné sera reconnue comme performante, alors que dans un autre ce sera moins le cas,” explique Marie Barbier.

L’environnement de travail se découpe en 3 catégories

1. Le cadre C’est-à-dire le lieu de travail : intérieur, extérieur, itinérant, sédentaire, travail avec une machine, avec mes mains, etc.

2. Les conditions de travail Aspects pratiques — horaires, charge de travail, salaire flexibilité sur l’aménagement du temps de travail, possibilité de télétravailler.

Précision

Dans la méthode Chance, cette partie est rangée dans la catégorie des impératifs, autre critère clé à prendre en compte dans le choix d’un travail. Nous évoquions en détail cette question dans deux articles :

3. Les relations humaines

  • La culture d’entreprise, l’éthique, les rites, les valeurs, l’ambiance (paternaliste, verticale, horizontale, etc.)…
  • L’équipe : combien de personnes, quelle organigramme ? Quelles sont les valeurs ? Y a-t-il un bon équilibre hommes/femmes et une diversité suffisante ?
  • Le management : quel type de rapport hiérarchique vais-je avoir avec l’encadrant(e) (ou l’encadré(e), si je suis la personne encadrante) ? Les relations se fondent-elles sur la confiance, l’autonomie, le contrôle ?

Comment établir ses critères pour l’environnement de travail idéal

“Songer aux caractéristiques d’un projet qui a du sens pour soi (le lieu, le sens et la finalité du poste et de l’organisation dans laquelle je souhaite investir mon temps) est le début d’une hiérarchisation.”

Déjà, la grille proposée par Marie Barbier est un point de départ utile. Dressez une liste complète à l’aune de ces 3 grandes catégories. Une fois la liste des critères dressée, il s’agit de la hiérarchiser : qu’est-ce qui est le plus important ? En faisant un tour de questions pendant le live, le facteur humain est le plus souvent évoqué… jusqu’au moment où certains se rétractent : la relation humaine est importante voire nécessaire, mais il est essentiel que les conditions de travail respectent mes impératifs. Marie Barbier rappelle que même le cadre, quand il est morose, peut miner le moral.

Elle insiste : “Regardez vraiment l’ensemble des critères, et triez-les pour aboutir à deux listes : d’un côté vos critères négociables, de l’autre vos critères non négociables (qui relèvent de vos limites).” Pour elle, “songer aux caractéristiques d’un projet qui a du sens pour soi (le lieu, le sens et la finalité du poste et de l’organisation dans laquelle je souhaite investir mon temps ) est le début d’une hiérarchisation”.

Comment savoir si le travail auquel je postule répond à mes critères d’environnement ?

Fort heureusement, il y a pas mal de moyens pour s’en apercevoir. Marie Barbier, ayant plus d’un tour dans son sac, nous livre ses techniques.

1. Pour s’assurer que l’environnement de travail est sain, commencez par mener l’enquête

Marie Barbier suggère de faire l’enquête avant d’aller à l’entretien de recrutement, et de disséquer la manière dont l’entreprise parle d’elle-même :

  • Regarder son site Internet. Certes, c’est une façade, mais les façades renseignent bien sur ce que les entreprises veulent montrer en premier.
  • Regarder les rapports sociaux de l’entreprise : “Si l’entreprise expose en valeur l’égalité H/F, il peut être intéressant d’aller observer dans son “rapport social” les équilibres de salaires, les femmes à des postes de responsabilités, etc.”
  • Regarder la presse, notamment la presse régionale, est une mine d’or sur le fonctionnement réel de l’entreprise.
  • Aller sur les réseaux sociaux (LinkedIn), voir ce qui se passe dans l’entreprise, et accéder aussi aux employés de l’entreprise, comment ils parlent de leur travail, ce qu’ils postent, etc.
  • Et enfin, faire une enquête métier (par exemple en trouvant le moyen d’avoir un retour sur une entreprise via des contacts de contacts), ce que Chance amène à faire à diverses reprises durant le parcours et notamment pendant les phases d’exploration et de validation.

2. Adoptez la bonne posture lors de l'entretien de travail

“Se positionner de manière égalitaire change le lien qui se noue lors de l’entretien.”

Souvent, le jour J, on peut craindre un déséquilibre. On croit qu’en tant que candidat(e) on est une position de faiblesse, et que le/la recruteur(se) est en position de force puisque c’est lui ou elle qui détient la clé du travail et du salaire allant avec. Eh bien détrompez-vous : souvent, la personne qui recrute n’est pas vraiment en position de force, et n’a pas tant de candidat(e)s pertinent(e)s pour le poste. Alors que les candidat(e)s, de leur côté, ont une offre de valeur concrète à proposer.

Marie Barbier suggère ainsi de sortir du rapport dominant/dominé qui suscite de la timidité et du stress, et de “se positionner de manière égalitaire, ce qui change le lien qui se noue lors de l’entretien”.

Maintenant que vous êtes dans la bonne disposition, vous pouvez aisément, sans être inapproprié(e), poser les questions qui vous taraudent.

3. Apprenez-en sur le style managérial et les rapports humains

Les questions à poser :

  • Quelles sont les modalités d’évaluation, d’échange et d’autonomie (est-ce qu’on essaie d’imposer des modes de pensée, ou est-ce qu’on va vouloir votre apport ?). “Si par exemple j’aime la liberté, et que je suis dans une entreprise qui me contraint à des horaires stricts, à des reportings, tableaux de bord, etc., il y aura un hiatus : cela se détecte par des questions claires lors de l’entretien,” souligne Marie Barbier.
  • Comment sont organisés les “rituels managériaux” (y a-t-il des objectifs, des réunions, des points réguliers de suivi, comment sont-ils menés) ?

4. Analysez la manière dont l’entretien est mené

Comment vous parle-t-on ? Le ton est-il distant, bienveillant, est-ce qu’on vous met à l’aise (en mentionnant qu’il n’y a aucun piège) ou mal à l’aise (en vous posant, au contraire, des questions pièges). Comme nous l’expliquions dans un précédent article sur la prise de décision, les premières impressions et intuitions peuvent être d’excellentes alliées pour trancher si l’environnement vous fait envie ou pas.

Comment oser énoncer ses impératifs “non négociables” en entretien sans passer pour une personne trop exigeante

Tout part, une fois de plus, de sa posture de départ : “La meilleure solution est d'exprimer ses impératifs tôt (sinon on s’expose à une désillusion — de sa part, et de celle de l’organisation), avec les bonnes formes (plus on est factuel, plus c’est simple, plus c’est acceptable). Tout dépend de comment on le dit, comme toujours.”

Comment détecter qu’une ambiance de travail est dégradée par un(e) mauvais(e) manager ou un(e) collègue au caractère insupportable ?

On est tous et toutes passé(e)s par là   un collègue qui rend l’atmosphère toxique, qui râle sans cesse, qui casse, qui crée un environnement de travail invivable. Évidemment, si cette personne n’est pas celle qui fait passer l’entretien, et qu’elle est terrée dans les bureaux, il sera difficile de savoir qu’elle existe.

En tant que futur(e) “recruté(e)”, il est d’abord toujours possible, après avoir été reçu(e)/validé(e) dans sa candidature, de demander à avoir un échange avec un membre de l’équipe : cet échange complète souvent très bien les premières impressions reçues.

La période d'essai : un moment pour être sûr(e) de votre choix d'entreprise

Comme pour l’entretien, ce moment est une validation bilatérale : l’entreprise doit vous plaire autant que vous devez lui plaire, il n’y a pas de déséquilibre.

Si d’entrée de jeu vous ressentez de la toxicité dans l’air, restez en veille par rapport aux offres d’emploi ailleurs, et gardez sous le coude une porte de sortie.

Une révolution méthodique
Chance est le parcours de coaching digital pour choisir le travail qui vous rendra heureux(se). En 3 mois. 100% en ligne.
Pour amorcer votre changement, démarrez notre essai gratuit. Au programme : un point complet sur votre situation actuelle, une séance de vidéo-coaching et un horizon plus clair dès les 1ères activités.

Plus d’articles

Reconversion professionnelle : savoir prendre des risques

11 conseils pour surmonter le syndrome imposteur et trouver sa place

Le syndrome de l’imposteur : qui est-il, d’où vient-il, et les techniques pour en sortir