Comment se reconvertir dans la pâtisserie

Elle vous a longtemps fait de l’œil et vous a régalé les papilles ? La pâtisserie, ce métier de bouche qui fait en fait rêver plus d’un(e) est pour beaucoup une passion, et l’envie tenace d’y plonger ne cesse de revenir en force ! Cuisinier, avocat ou agent immobilier, quelle que soit votre situation ou votre âge, la pâtisserie est accessible à tout moment de votre vie ! Alors, qui a dit que qu’il n’est pas possible de faire de sa passion son métier ? Sûrement pas nous !

Se reconvertir en pâtisserie : apprendre à mieux connaître ce métier

Le/la pâtissier(ère) est un(e) professionnel(le) dans l’artisanat de bouche qui confectionne des douceurs appréciées des petits et des grands. Spécialisé(e) dans la confection de viennoiserie, de desserts, de gâteaux ou encore du chocolat, le/la pâtissier(ère) contrôle toute la production de ces mets succulents, de la préparation à la décoration pour nous donner l’eau à la bouche au moment de passer devant les vitrines !

Avant de se reconvertir en pâtisserie, faisons le point sur la journée type d’un(e) pâtissier(ère)

Le/la pâtissier(ère) débute sa journée au petit matin, vers 4h. Il ou elle s’affaire à la fabrication des produits qui seront en vitrine, mais aussi à la production des préparations qui seront utiles au lendemain et qui demandent du repos. Enfin, il ou elle finalise ses pâtisseries par l’étape décoration puis la mise en vitrine.

La journée type d’un(e) pâtissier(ère) commence très tôt et nécessite de la rigueur pour satisfaire la clientèle dès l’horaire d’ouverture. Mais au-delà de l’aspect production, le ou la pâtissier(ère) doit également veiller au respect des règles d’hygiène (conditionnement, conservation, propreté quotidienne), de même qu’il ou elle doit être un bon gestionnaire pour gérer son stock de matières premières et sa comptabilité.

On ne vous l’apprend pas, la pâtisserie nécessite non seulement un investissement personnel (précision, rigueur, minutie), mais aussi le sens du relationnel tant pour parler à son équipe qu’à sa clientèle.

La pâtisserie, un métier qui ne connaît pas la crise

La pâtisserie est un secteur en bonne santé qui n’est pas touché par la crise. Elle représente une source d’emploi sûr pour les futur(e)s candidat(e)s et offre de nombreux débouchés aussi bien dans les boulangeries-pâtisseries que dans l’industrie, la grande distribution mais également dans les restaurants et hôtels qui embauchent leurs pâtissiers attitrés !

La pâtisserie, une discipline en constante évolution

Associations subtiles de saveurs, de textures et de couleurs, la pâtisserie est un art délicat qui doit savoir évoluer avec son temps. Qui avait entendu parlé du thé matcha il y a 10 ans ??

La France grande gagnante de la pâtisserie

Le marché de la pâtisserie ne cesse de se développer et laisse place à une créativité sans fin, des techniques toujours plus modernes et ce dans le monde entier. C’est pourquoi la curiosité et l’imagination sont, parmi d’autres, des qualités indispensables au métier de pâtissier pour évoluer. La France est d’ailleurs première au classement du Mondial des Arts Sucrés qui a lieu tous les deux ans et est suivi de près par le Japon et l’Italie.

Choisir sa formation professionnelle pour se reconvertir en pâtisserie

Quid d’exercer le métier de pâtissier(ère) en autodidacte ?

La pâtisserie est un métier qui demande de la sensibilité et de la passion, mais qui nécessite également de la technique et de la précision. C’est pourquoi, il est préférable de passer par un cursus classique afin d’acquérir le savoir-faire nécessaire et d’obtenir un diplôme qui vous donnera une plus-value conséquente pour vous faire embaucher ou obtenir des fonds, dans le cas où vous souhaitez vous mettre à votre compte.

Il existe aujourd’hui plusieurs formations pour accéder au métier de pâtissier, mais la plus connue reste celle du CAP, indispensable pour débuter :

  • Le CAP Pâtissier classique (Certificat d’Aptitude Professionnelle) destiné aux lycéens et étudiants se fait en 2 ans, mais il existe des écoles qui proposent des CAP en formation accélérée pour adultes en reconversion. Le temps de formation varie entre 6 mois et 1 an avec ou sans période de stage et la possibilité de se spécialiser en passant des mentions (chocolatier, glacier, confiseur, etc).
  • Le CAP Pâtissier en candidat libre est accessible à toute personne majeure et contrairement au CAP classique il ne nécessite pas de période de stage.
  • BTM Pâtissier (Brevet Technique des Métiers), un parcours de niveau IV (Baccalauréat) reconnu par l'État et enregistré au RNCP (Répertoire National des Certifications Professionnelles). Pour accéder à cette formation, un niveau minimum est requis : être titulaire du CAP Pâtissier et d’un CAP Chocolatier confiseur ou du CAP Boulanger ou d’une Mention Complémentaire Traiteur.
  • BM : Brevet de maîtrise est un titre de niveau III (Bac +2 ), soit le titre plus élevé que peut posséder un pâtissier. Il assure à ses étudiants une plus grande maîtrise de l’aspect commercial et financier, et permet aussi à l’artisan de prétendre à des prestations plus haut de gamme. À qui s’adresse-t-il ? Aux professionnels justifiant d’une expérience d’au moins 7 ans et titulaire d’un CAP ou d’un BTM.
  • Bachelor Pâtisserie cette formation dure 3 ans (ou 1 an si vous avez déjà un Bac +2 en pâtisserie) et comprend une période en entreprise.

Quels financements pour une reconversion pâtisserie ?

Se reconvertir en pâtisserie si vous étiez actif(ve) professionnellement

Financer ma reconversion en pâtisserie avec mon CPF

Selon votre ancienneté en entreprise, vous avez cumulé des crédits de formation sur votre Compte Personnel de Formation (CPF) mobilisables lors de votre reconversion dans la pâtisserie.

Si vous êtes salarié(e), vous pouvez également faire la demande auprès de votre employeur, ce dernier ne peut légalement pas refuser sauf cas de force majeur. Vous devrez ensuite vous tourner vers l’organisme Fongecif le plus proche de chez vous qui accompagne les salariés dans leurs projets personnels de formation.

Se reconvertir en pâtisserie si vous êtes demandeur(se) d’emploi :

Tout(e) demandeur(se) d’emploi inscrit(e) à Pôle emploi peut bénéficier d’une aide à la formation à travers les dispositifs suivants :

  • Les aides des conseils régionaux
  • Préparation opérationnelle à l’emploi (POE)
  • L’aide individuelle à la formation
  • Aide au retour à l’emploi formation (AREF)

Mieux comprendre les dispositifs de formations professionnelles

Ça a l’air compliqué, mais ça ne l’est pas tant que ça ! Nous vous avons défriché le terrain ici.

Qui propose des formations en pâtisserie ?

De grandes écoles réputées comme Ferrière ou Ferrandi proposent ce genre de formations, mais elles sont également accessibles par des organismes comme les CCI ou le GRETA.

Si vous êtes demandeur(se) d’emploi, votre conseiller(ère) vous aiguillera vers des centres de formation éligibles aux dispositifs ci-dessus proposés par Pôle emploi.

Vous voulez vous reconvertir mais vous n’êtes pas encore sûr(e)

Le parcours Chance peut être un excellent préalable pour confirmer votre vocation, au regard de vos besoins et aspirations. Découvrez Chance maintenant !

Une révolution méthodique
Chance est le parcours de coaching digital pour choisir la voie qui vous ressemble. En 12 semaines. Finançable par le CPF.