Bosser dans la tech : un truc de geeks ?

Déjà, qu’est-ce qu’un-e geek ? Quelqu’un qui s’intéresse à la tech, aux innovations, qui aime le rythme qu’apporte ce type d’environnement, ou UNIQUEMENT quelqu’un qui code, vêtu de t-shirts trop grands, la casquette vissée sur la tête chaque jour de l’année ?

Bosser dans la tech, c’est aimer évoluer dans un environnement innovant

J’aime à croire qu’être geek est simplement être passionné-e, et ne se résume pas au type de boulot qu’on fait. Si je prends un exemple très proche de moi, dans l’entreprise Chance où je travaille, une bonne partie de l’effectif pense à un serpent quand on lui dit “Python”, et à une danse lorsqu’on évoque “Java”.

Parce que le cœur de notre activité a beau prendre la forme d’un produit tech, il faut pas mal de monde pour lui donner du fond pédagogique, la possibilité de fonctionner au quotidien, une équipe de communication pour partager le savoir et nous faire connaître au plus grand nombre, des conseillers clients, des personnes dédiées à la qualité de l’expérience des talents.

Bref, bosser dans la tech, ça peut vouloir dire pas mal de choses, mais ce qui est sûr, c’est que ça induit un plaisir à être dans un environnement innovant, créatif, qui va vite, où on se trompe souvent mais où on prend plaisir à résoudre des problèmes, et où le service proposé porte une mission claire.

Et travailler dans la tech, c’est avant tout choisir une mission qui nous convient

Chez Chance, la mission est d’accompagner chacun-e vers la vie professionnelle qui lui correspond, et de contribuer à l’égalité des chances. Chez d’autres, ce sera de faire de la vente en ligne, ou d’évaluer la qualité réelle de produits de grande consommation, ou de permettre à des gens de se rencontrer, ou de réserver leurs vacances, ou d’apprendre une nouvelle langue, ou d’accéder à la culture, etc.

L’environnement est donc dynamique, mais la mission et la finalité, elles, peuvent varier assez fortement selon ce à quoi on aspire.

Concernant les métiers, une chose est certaine : on peut travailler dans la tech sans être développeur-se.

Quelques exemples chez Chance.

Camille Deville : Talent Acquisition Manager (responsable du recrutement)

Camille Deville, Talent Acquisition Manager métiers de la tech sans code

"Aider les gens à trouver leur travail idéal, aligné avec ce qu’ils sont et ce qu’ils veulent devenir."

Peux-tu décrire, en 2 lignes, ton travail ?

Je suis Talent Acquisition Manager, c’est moi qui ai la responsabilité de sourcer, recruter et intégrer les futur-es collaborateur-rices de Chance, via un process de recrutement optimal.

Qu’est-ce que tu apprécies le plus dans ton travail ?

Rencontrer des gens nouveaux chaque jour et les aider à trouver leur travail idéal, aligné avec ce qu’ils sont et ce qu’ils veulent devenir !

Qu’est-ce que tu apprécies le moins dans ton travail ?

La pression des managers qui veulent recruter très rapidement.

Selon toi, quelles sont les qualités qu’il faut avoir pour faire ton travail ?

L’organisation, la résilience, le dynamisme, l’humilité, être souriante, positive et accessible.

Qu’as-tu découvert sur toi à travers ta manière de travailler, en termes de forces ou qualité ?

J’ai appris à m’adapter à n’importe quelle situation très rapidement, à rester patiente et à (essayer) de gérer des situations de stress avec le sourire !

Qu’apprécies-tu dans le fait de travailler dans une boîte “tech” ?

Les choses évoluent vite, il y a toujours du challenge, on ne s’ennuie jamais et on se remet toujours en question !

Suzanne Vanacker, Office manager/Chief happiness officer

Suzanne Vanacker, Office manager metiers de la tech sans coder developpeur

"Faire en sorte que les journées de travail soient de vrais moments de vie."

Peux-tu décrire, en 2 lignes, ton travail ?

Je fais en sorte que mes équipes aient tout ce qui leur faut pour travailler dans des conditions optimales en terme d’outils, d’organisation… Ça veut aussi dire veiller sur eux, et s’assurer qu’ils se sentent bien au quotidien, en faisant en sorte que les journées de travail soient de vrais moments de vie !

Qu’est-ce que tu apprécies le plus dans ton travail ?

La polyvalence. De la commande de fournitures à l’organisation de séminaires, en passant par le suivi de l’évolution des politiques de la boîte, on fait de tout, et aucune journée ne ressemble à une autre ! Et j’apprécie aussi, au moins autant, la confiance réciproque entre moi et les équipes.

Qu’est-ce que tu apprécies le moins dans ton travail ?

S’il faut vraiment trouver quelque chose, je dirai les imprévus de toute dernière minute, souvent dus à un manque de communication. Mais cela reste rare et de toute façon on s’adapte !

Selon toi, quelles sont les qualités qu’il faut avoir pour faire ton travail ?

Adaptabilité, écoute, organisation et être force de proposition. Et un optimisme inébranlable !!

Qu’as-tu découvert sur toi à travers ta manière de travailler, en termes de forces ou qualité ?

Que je suis une team player ! Travailler au quotidien avec ma team, être encadrée, travailler de concert avec les membres de l’équipe est une vraie force dont j’avais moins conscience avant, travaillant souvent seule.

Qu’apprécies-tu dans le fait de travailler dans une boîte “tech” ?

L’ambiance ! Rien à voir avec les sociétés plus traditionnelles où j’ai pu aller. Le dynamisme, l’ouverture d’esprit, la bonne humeur, les gens se serrent les coudes et travaillent réellement ensemble, que ce soit dans les galères ou les moments de fêtes !

Lionel Linguma, Responsable Satisfaction client partenariats publics

Lionel Linguma, responsable satisfaction client metiers de la tech sans coder developpeur

"Dans mon travail, j'ai découvert que j'avais une intelligence émotionnelle forte."

Peux-tu décrire, en 2 lignes, ton travail ?

Je dirige l’équipe de chargé-es de clientèle en charge du suivi individuel des talents éloignés de l’emploi. Je garantis le bon déroulé et la qualité de l’expérience des talents provenant de nos partenariats sociaux.

Qu’est-ce que tu apprécies le plus dans ton travail ?

Le contact avec nos utilisateurs issus de projets sociaux, et de trouver une solution à toute difficulté rencontrée.

Qu’est-ce que tu apprécies le moins dans ton travail ?

L’amélioration et l’adaptation continue des outils pour répondre aux charges de travail.

Selon toi, quelles sont les qualités qu’il faut avoir pour faire ton travail ?

Empathie, capacité d’écoute, patience

Qu’as-tu découvert sur toi à travers ta manière de travailler, en termes de forces ou qualités ?

J’ai découvert que j’ai une intelligence émotionnelle assez forte et une grande capacité de gérer mon stress dans les situations les plus difficiles.

Qu’apprécies-tu dans le fait de travailler dans une boîte “tech” ?

Ce que j’aime dans le secteur de la tech, c’est que c’est un environnement dynamique où il y a des nouveaux défis à relever tout le temps, où on peut acquérir plein de nouvelles compétences.

Les autres métiers de la tech chez Chance : pas mal de non-développeurs

Pour vous donner un échantillon de qui travaille chez Chance en dehors des développeurs, vous pouvez :

  • être RH comme Sibylle : concevoir une politique interne favorable au développement des employé-es et aux objectifs de l’entreprise
  • être concepteur-rice du programme comme Nouma, Philippine, Kendaore, Jennifer, Marie et Nine : puiser dans leurs compétences et dans les méthodes de coaching, de psychologie, puis rédiger, forger et transmettre une expérience en or pour les talents Chance. Leur travail consiste aussi à travailler main dans la main avec l’équipe des développeurs, des designers, des monteurs vidéos et audio, pour leur transmettre les attendus techniques liés à leur programme de coaching.
  • être rédacteur et éditeur du programme comme Jason : en assurer la qualité formelle, l’orthographe, la syntaxe, et pour que l’expérience de lecture soit légère, profonde et constructive.
  • être community manager comme Lou et Solène, et produire des contenus de qualité pour éveiller les consciences, partager du savoir et faire connaître Chance,
  • être responsable de la communauté des coachs comme Juliette : créer les conditions pour que les valeurs et la méthode, les mises à jour, ajouts du programme soient toujours compris, animer la chaîne Slack où se réunissent tous les coachs pour échanger leurs réflexions, recueillir les besoins liés au produit, etc.
  • être responsable de la satisfaction clients, chargé-e de communication, conseiller client B2B, chargé-e des partenariats sociaux, chargé-e des partenariats B2B, graphic designer, motion designer, directrice éditoriale, responsable du marketing, growth manager, spécialiste du SEO, comptable, directeur-rice des opérations, product manager…

Vous voyez l’idée ?

Mais je n’ai pas la moindre expérience dans la tech !

Ne vous laissez pas décourager par des croyances limitantes ou barrières internes : si vous le voulez, vous y arriverez.

Vos compétences sont, pour la plupart, toujours transférables et peuvent aisément se raconter dans un CV. Et si le milieu de la tech vous attire, commencez par analyser le type de service qui vous intéresse, selon vos valeurs et vos aspirations, et faites le point sur vos compétences et talents.

BONUS : les conseils de Camille Deville, responsable du recrutement chez Chance

Quels profils (qualités, expérience) recherches-tu, et pour quels métiers en dehors de développeur-se ?

Les qualités de base sont l’adaptabilité, la résilience, l’autonomie et la créativité, et correspondre aux valeurs de Chance (customers/talents first, entrepreneurial, activiste pour réduire les inégalités, curieux-se et ne pas se prendre au sérieux). En termes d’expérience cela dépend : nous avons recruté des sorties d’écoles comme des profils ayant plus de 15 ans d’expérience, c’est très varié !

Les métiers recherchés : Brand Designer, Head of Growth, nous avons eu Head of Communications, Customer Success Manager, Talent Acquisition junior, Office Manager, Responsable de Partenariats Sociaux, Directeur de Partenariats BtoB...

En bref, on se base principalement sur des valeurs, des compétences et la valeur ajoutée que peuvent apporter les candidats, la formation n’a, par exemple, pas d’importance.

Est-il nécessaire d’avoir une expérience dans la tech pour y travailler ? Comment considères-tu les CV qui semblent juste vouloir changer de type d’environnement de travail, en tant que recruteuse ? Que leur demandes-tu ?

Il n’est pas nécessaire d’avoir forcément travaillé dans la tech pour rejoindre Chance, j’en suis la preuve vivante ! C’est un vrai plus, mais une forte appétence pour le secteur suffit. En général, nous l’évaluons via les qualités d’adaptation et la curiosité pour les sujets tech : quelqu’un qui ne s’y intéresse absolument pas ne s’épanouira pas pleinement chez nous !

En revanche les candidat-es doivent avoir une véritable attirance pour les sujets d’impact social, l’égalité des chances et la mobilité sociale, c’est un point non négociable.

Faites ce que vous êtes
Chance est le bilan de compétences digital pour choisir la voie qui vous ressemble. En 12 semaines. Finançable par le CPF.

Plus d’articles