Résumé
info

L'essentiel à retenir

  • Il existe 2 manières de se reconvertir lorsque l'on est en CDI : conserver son CDI et se reconvertir en dehors de son temps de travail, ou bien quitter son CDI. Chaque option a ses avantages et ses inconvénients, et le choix dépend de la situation de chacun.
  • Le financement de la reconversion est un point à ne pas négliger, notamment lorsque l'on envisage de quitter la stabilité du CDI.
  • Plusieurs dispositifs existent pour financer cette période de transition, dont le CPF, le CPF de transition professionnelle ou encore la démission pour reconversion.

Quitter un CDI, symbole de stabilité, peut paraître compliqué et risqué d’un point de vue financier. Découvrez dans cet article les possibilités qui s’offrent à vous pour envisager sereinement votre reconversion professionnelle en CDI.

Comment faire une reconversion professionnelle lorsque l'on est en CDI ? 🔎

Malgré la sécurité qu'offre le CDI, nombreux sont ceux qui aspirent à un changement professionnel. Les motivations peuvent être multiples : du désir de réaliser un projet qui nous tient à cœur depuis longtemps au mal-être au travail, en passant par la volonté de découvrir un domaine que l’on n’a pas osé envisager avant.

Il existe alors 2 manières de se reconvertir lorsque l'on est en CDI :

  • Conservant son CDI et se reconvertir en dehors de son temps de travail
  • Quitter son CDI pour se consacrer pleinement à sa reconversion

1) Garder son CDI et entamer sa reconversion en parallèle

Lorsqu’on envisage de se reconvertir professionnellement, on cherche très souvent à se former, afin d’acquérir les compétences suffisantes pour prétendre aux nouveaux postes que l’on convoite.

Pour ce faire, certains salariés ont la possibilité de suivre des formations au sein même de leur emploi actuel. Ainsi, ils se forment à moindre coût et profitent des aménagements et infrastructures de leur entreprise.

Cependant, ces formations sont assez conditionnées : tout d’abord par l’accord du supérieur hiérarchique, qui ne peut pas indéfiniment refuser les formations mais peut retarder leur commencement. Ensuite, par l’ancienneté et d’autres critères d'éligibilité qui dépendent des services et des entreprises.

Et si ces formations permettent d’acquérir de nouvelles compétences, c’est souvent dans des domaines relativement proches de ceux utilisés par l’entreprise. Ainsi, ceux qui envisagent des changements plus radicaux de carrière ne trouveront que rarement leur bonheur dans les formations offertes par leur entreprise.

Heureusement, il existe des formations que vous pouvez suivre en dehors de vos heures de travail et qui vous permettent d’acquérir des compétences sans rapport avec celles que vous avez déjà acquises.

Ces formations prennent la forme de cours du soir, souvent en présentiel, mais aussi de MOOC (des cours en ligne), qui permettent de se former à distance et souvent de manière flexible. Ces derniers sont dispensés par le CNED, par exemple.  

À vous de voir si vous pouvez organiser votre vie personnelle pour prendre le temps nécessaire à ces formations en dehors de vos heures de travail habituelles.

Avant de se lancer dans une formation et afin de faire le bon choix, il est tout à fait possible de réaliser un bilan de compétences en parallèle de son CDI. C’est notamment le cas du parcours Chance, qui est compatible avec une activité professionnelle.

{{test-cards-terra="/lp/design/call-to-action"}}

2) Rompre son CDI pour se reconvertir

L’autre possibilité quand on envisage la reconversion, c’est de mettre un terme à son CDI.

Démystifions immédiatement la croyance selon laquelle il y aurait de bien meilleurs moments que d’autres pour rompre son CDI et partir : il n’y en a pas. Chacun doit trouver le moment qui lui convient le mieux pour annoncer son départ. Une fois la décision prise, il existe deux façons de mettre fin à son CDI.

La rupture conventionnelle

La rupture conventionnelle de votre contrat de travail est l’option la plus rémunératrice, dans la mesure où elle permet de bénéficier de deux années d’indemnités chômage, ce qui est une sécurité financière non négligeable en cas de reconversion professionnelle.

Cependant, elle nécessite l’accord de l’employeur. Si ce dernier accepte, en plus de pouvoir quitter votre entreprise dans de bons termes, vous bénéficierez également d’indemnités de rupture de contrat, qui dépendent, entre autres, de la convention collective de votre entreprise et de votre ancienneté.

Afin de vous accompagner dans votre rupture conventionnelle, nous avons rédigé un article pour bien négocier sa rupture conventionnelle avec son employeur.  

La démission

La deuxième façon de vous libérer de votre CDI est tout simplement la démission. Depuis fin 2019, il existe d’ailleurs la démission pour reconversion professionnelle” qui permet de toucher des indemnités chômage.

Attention cependant ; comme pour la rupture conventionnelle, il faut remplir un certain nombre de critères d’éligibilité. Pensez à les vérifier avant de vous engager dans ce processus.

Financer sa reconversion : les dispositifs clés💰

On ne peut envisager une reconversion professionnelle sans penser à son implication financière. Découvrez ci-dessous différents dispositifs pour financer votre transition professionnelle.  Vous pouvez également consulter notre article dédié Financer son projet de reconversion quand on est salarié

Le CPF

Anciennement DIF (Droit Individuel à la Formation), le CPF (Compte Personnel de Formation) permet, grâce aux cotisations salariales, de financer les bilans de compétences, programmes et formations certifiés par l’État. C'est notamment le cas du parcours Chance, certifié Qualiopi et entièrement finançable par le CPF.

Votre CPF s’alimente progressivement, à hauteur de 500 euros par année passée en CDI. Le montant atteint les 800 euros si votre niveau d’études est plus faible ou si votre niveau de qualification est peu élevé. Notez que le CPF est plafonné à 5000 euros ou 8000 euros pour les personnes les moins qualifiées.

Rendez-vous sur notre article dédié pour comprendre comment financer votre reconversion grâce à votre CPF.

Le CPF de transition professionnelle

Comme sa grande sœur le CPF, le CPF de transition professionnelle (ex CIF : Congé Individuel de Formation) permet d’avoir accès à un large panel de formations. La différence majeure réside dans le fait que ce panel de formations ne se limite pas à des programmes proches de vos compétences actuelles.

Petit bémol cependant : il faut obtenir l’accord de votre supérieur hiérarchique et constituer un véritable dossier pour avoir le droit à ces formations. Il faut donc bien vérifier vos droits et vous y prendre relativement à l’avance pour obtenir les programmes souhaités.

Aussi, ce dispositif ne requiert pas de rupture conventionnelle de votre contrat de travail, il le suspend juste pour toute la durée de votre formation. En d’autres termes, vous restez salarié le temps de votre programme.

LE CET

Le CET (ou Compte Épargne Temps) permet quant à lui au salarié d’accumuler des congés payés progressivement afin de pouvoir, entre autres, suivre une formation. Attention cependant ; toutes les entreprises ne disposent pas d’un CET, puisque ce dernier n’est pas obligatoire à l’échelle nationale.

Le système Pro-A

Le système Pro-A est un dispositif permettant aux salariés au faible niveau de qualification de suivre des formations de qualité tout en gardant un accès à l’emploi, grâce à l’alternance. Ainsi, les actifs du système Pro-A réutilisent directement les compétences nouvellement acquises et s’insèrent plus facilement ensuite dans leur nouvelle carrière.

Pour aller plus loin 📚

-> Financer son projet de reconversion quand on est salarié

3 manières de financer sa reconversion

{{test-cards-green="/lp/design/call-to-action"}}

Témoignages : découvrez les parcours de celles qui ont osé quitter leur CDI pour se reconvertir 💬

Pauline, de cheffe de projet à photographe professionnelle

Pauline se considérait comme une privilégiée. En effet, en tant que femme cheffe de projet dans l’industrie, elle n’osait pas assumer que le moule dans lequel elle s’était enfermée ne la satisfaisait plus.

Pourtant, Pauline a finalement décidé de changer de voie professionnelle. Comme ce choix doit être mûrement réfléchi et bien accompagné, Pauline a fait appel à Chance. Grâce à un accompagnement sur mesure, la jeune femme a pu se recentrer et trouver un projet aussi viable professionnellement qu’épanouissant.

Avant de se lancer, Chance a permis à Pauline de rencontrer et d’échanger avec des photographes. Ces rencontres ont été à la fois rassurantes et déterminantes dans son choix de carrière.

Aujourd’hui, Pauline dirige son entreprise de photographie et se sent beaucoup plus libre. Son jeune garçon lui affirme même que depuis qu’elle est photographe, elle rit beaucoup plus… Tout est dit, non ?

👉 Pour découvrir son témoignage complet, c'est par ici.

Anne Claire, de juriste à commissaire-priseur

Anne-Claire ne se plaisait plus en tant que juriste. Alors un jour, Anne-Claire s’est dit “31 ans et tu coules ? 31 ans et tu n’aimes pas ton métier”. C’était trop pour elle, qui ne comptait plus ses heures et qui peinait à trouver une forme de bien-être au travail.

Ainsi, Anne-Claire a fait appel à Chance pour envisager et aborder une nouvelle voie professionnelle. Elle a dû renouer avec ses aspirations, qu’elle avait faites taire pendant un long moment. Après une phase d’introspection, Anne-Claire a ainsi décidé de se lancer dans l’aventure de l’art, qui l’a toujours passionnée, en devenant commissaire-priseur.

Un choix courageux, qui lui a demandé de repasser sur les bancs de la faculté, pour se former en histoire de l’art. En parallèle, Chance l’a mise en relation avec des professionnels du milieu, pour qu’elle puisse se conforter dans son choix et arriver avec un réseau professionnel déjà établi.

Aujourd’hui, Anne-Claire est épanouie, et recommande à toutes celles et ceux qui ne se sentent vraiment plus à l’aise dans leur vie professionnelle d’envisager la reconversion.

👉Pour découvrir son histoire, rendez-vous ici.

Chance, le bilan de compétences en ligne pour construire un projet qui vous ressemble 🍀

Vous souhaitez changer de voie mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? Chance est un bilan de compétences en ligne pour faire le point sur votre vie professionnelle. Pas à pas, nous vous accompagnons vers un projet clair, motivant et réalisable, celui qui vous ressemble.

Le bilan de compétences Chance, c'est :

  • un suivi par un coach dédié, choisi en fonction de votre profil et de vos besoins, qui vous accompagne dans votre réflexion lors de 9 séances en visio,
  • des activités individuelles en ligne, à réaliser à votre rythme, pour structurer votre réflexion et apprendre à mieux vous connaître,
  • une communauté d’entraide engagée à vos côtés, parce qu’un projet se construit aussi par la rencontre.

En 12 semaines maximum à raison de 2h par semaine, il vous permet à la fois de gagner en confiance et en connaissance de vous même, et de construire un plan d’action pour vous mener vers une voie qui vous ressemble. Chance est certifié Qualiopi et est finançable par le CPF

N'hésitez pas à faire le point avec un membre de notre équipe pour poser toutes vos questions. C'est gratuit et sans engagement 👇

(Re)donnez du sens à votre vie pro

La méthode Chance a accompagné plus de 20 000 personnes jusqu’à l’aboutissement de leur projet professionnel.

collaborateurs
star shine

+20 000

personnes

accompagnées dans leurs projets pro depuis 2015

growth

+50 000

chances

*Une chance = une rencontre au sein de la communauté d'entraide

redonnées à celles et ceux pour qui, une rencontre peut tout changer

group

+350

coachs

partenaires certifié·es et formé·es à la méthode Chance

desktop

+500 000

heures

d’accompagnement pédagogique délivrées